La prière

"""L"L"L"La

 

Le Grand Livre

"La Bible"

 

 

La Prière!...


La prière est un sujet si important, qu'il est impossible de le traiter en une seule et même partie. Aussi nous allons prendre le temps et être le plus simple possible afin de le comprendre au mieux, et en discerner tous les tenants et les aboutissants, et ainsi connaître son impact sur la vie de chacun et chacune.


 


Liste des thêmes: 1 - Notre Père (1) ; 2 - Notre Père (2) ; 3 - Notre Père (3) ; 4 - Le Fils ; 5 -  L'intercession ; 6 - La reconnaissance ; 7 - Le pardon ; 8 - Ecouter  ; 9 - L'unité dans la foi ; 10 - Notre armure ; 11 - Le Saint-Esprit ; 12 - ; 13 - ; 14 - ; 15




Notre Père

1 ère Partie

               

 « Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnes-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; pardonnes-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés;ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à Toi qu'appartiennent, dans les siècles des siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » (Matthieu 6 v 9 à 13).


Nous voyons que cette prière est formée de 3 parties différentes :


-1«  Notre Père qui est aux cieux ! Que ton soit sanctifié ( v 10) que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » Nous  voyons que dans cette section nous sommes à considérer la place de Dieu : sur son trône dans les cieux et toute sa sainteté, et nous voulons que sa volonté se fasse sur la terre comme dans le ciel.


-2 « ( v11) Donnes-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; ( v12) pardonnes-nous nos offenses , comme nous nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; ( v13)ne nous induis pas en tentation, mais délivres-nous du malin »  Cette partie de la prière est orientée vers des demandes spécifiques, nos besoins de chaque jour, les offenses et la tentation.


-3 « Car c'est à toi qu'appartiennent, dans les siècles des siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » Cette partie, pourrait être appelé, notre louange et nos remerciements à Dieu pour ce qu'il fait pour nous dans ce siècle mais aussi dans l'éternité.


       En disant aux disciples : « Vous donc priez ainsi : » (Matthieu 6 v 9), Jésus recommande d'utiliser la prière qu'il leur enseigne, en nous adressant au Père.


       Cette prière est certes la plus connue et récitée par bien des personnes au cour de leur vie, mais est-elle bien comprise !... Au travers de cette prière, ressort un enseignement profond que nous allons essayer de découvrir en la disséquant.



       -NOTRE PÈRE : Dieu nous donne des racines pour vivre l'extraordinaire participation à une famille qu'Il forme et s'agrandit chaque jour, Il nous donne notre identité au travers de Jésus-Christ. Il nous donne de l'assurance, comme celle d'un enfant qui s'adresse à son père. En appelant Dieu notre Père, nous acceptons son autorité, celle d'un père sur notre vie. C'est Jésus lui-même qui nous a apporté cette prière, ce qui veut dire que comme Dieu est son Père « Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé  en qui j'ai mis toute mon affection » (Matthieu 3 v 17), nous sommes placés au même rang que Lui, nous devenons, en acceptant Jésus-Christ comme notre Sauveur et Seigneur, ainsi fils du Dieu très-haut. Nous voici devenus héritiers et co-héritiers du royaume des cieux.  «  Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans vos cœurs l'Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! (Papa) Père ! » (Galates 4 v8) - « Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions Abba ! Père ! » (Romains 8 v 15).


       Puisque nous sommes devenus ses enfants au travers de l'acceptation du don de son fils Jésus-Christ à la croix « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si lemonde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu. » (1 Jean 3 v 1) , Dieu est en droit d'attendre de nous, ce qu'un père attend de son enfant, et vice-versa. « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez, et il vous sera accordé. » (Jean 15 v 7).


       Nous avons souvent une mauvaise image du père, car nous nous représentons un être charnel dur, excessif, intransigeant et autoritaire. Mais Dieu le Père peut faire naître en nous des sentiments de paix, de confort et de sécurité. Mais trop souvent, nous comparons notre perception de Dieu entant que Notre Père, à l'image de notre père biologique, avec des qualités et des défauts, et ainsi nous demeurons prisonniers de nos émotions ; alors que la bible nous donne un portrait de Dieu tel qu'il s'est révélé en nous :


1- Comme un père qui tient toujours parole (2 Roi 8 v 19) :  « Toutefois, l'Eternel ne voulut pas détruire Juda à cause de son serviteur David. Il voulait respecter la promesse qu'il lui avait faite de lui donner un successeur, ainsi qu'à ses descendants. » Ses promesses sont immuables et Il les met toujours en œuvre. Il n'est pas comme nous les humains, qui changeons d'opinions ou de paroles comme de chemises, ainsi donc faisons attention aux promesses dites en l'air et sans conviction que nous donnons aux hommes, et surtout à celles que nous faisons à Dieu.


2- Sa mémoire est parfaite, Il se souvient de notre nom, parce que nous sommes son enfant, non un matricule à ses yeux, mais un être qu'Il aime et qu'Il veut chérir. ( Esaïe 49 v 15 & 16) « Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? N'a-t-elle pas pas compassion du fils qui est sorti de son ventre ? Même se elle l'oubliait, moi je ne t'oublierai jamais. (v16) Vois je t'ai gravé sur mes mains ».


3- Il est bon envers celui qui cherche sa volonté ; si nous sommes prêts à le suivre , Il nous garantit sa faveur et ses voies sont comme un gouvernail dans notre vie (Proverbes 3 v 5 & 6) «  confie-toi de tout ton cœur à l’éternel, et ne t'appuie pas sur ton intelligence ! (v6) Dans toutes tes voies reconnais-le et Il dirigera tes sentiers. » Trouver grâce à ses yeux est l'assurance que rien ne nous séparera de son amour de père, seule compte sa grâce qu'Il nous accorde librement.


4- Il désire nous exprimer sa compassion, Il connaît la face la plus mauvaise qui est en nous, rien ne Lui est caché, les fautes passées, les tentations auxquelles nous avons succombées et à celles auxquelles nous succombons encore. Pourtant Il reste présent et nous accompagne tout au long du chemin, même quand nous nous éloignons de Lui, comme Il l'a fait pour Jacob. (Genèse 28 v 15) «  Je suis moi-même avec toi, je te garderai partout où tu iras et je te ramènerai dans ce pays, car je ne t'abandonnerai pas tant que je n'aurai pas accompli ce que je te dis. »


5- Il est lent à la colère, fidèle et prêt à pardonner (Exode 34 v 6) « L'Eternel passa devant lui et s 'écria : L'Eternel, l'Eternel est un Dieu de grâce et de compassion, lent à la colère, riche en bonté et en vérité . » Cet exemple de trait de caractère, Dieu nous le confirme lorsqu'Il accorde à David son pardon pour l'adultère commis avec Bath Schéba et le meurtre de son mari, toutefois il y eu des conséquences. Pourtant de cette union, naîtra Salomon (l'ancêtre de Jésus par Joseph son père adoptif) et son frère Nathan (l'ancêtre de Jésus par Marie, sa mère biologique) , voir la généalogie de Jésus en (Luc 3 v 23 à 38).


       Nul père n'est comme Lui, aussi aimant , attentionné, pardonnant, toujours prêt à nous secourir, à nous couvrir comme une poule couvre ses poussins de ses ailes pour les protéger du froid et du danger.


       -QUI EST AUX CIEUX : En prononçant ces paroles, nous considérons Dieu au dessus de toutes choses, Il est le créateur divin, revoir Genèse 1 . Il a tout pouvoir sur la terre comme au ciel, rien ne Lui est caché, et tout Lui appartient "Notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu'il veut" (Psaume 115 v 3). Notre esprit doit s 'élever jusqu'au ciel où habite le Père, où son royaume trouve son achèvement. Nos pensées s'arrêtent trop souvent sur la terre, et il nous est alors difficile de le prier. Comme un père aimant, il n'est pas loin de nous, il descend vers nous quand nous l'invoquant, comme si nous parlions à un ami à nos côtés. Rien ne peut se passer sur terre sans son approbation, Il est le maître suprême, l'autorité supérieure, rien ne peut se faire sans lui. Il est le tout puissant sur terre comme au ciel, sachant qu'Il a aussi autorité sur les anges. Nous sommes sa créature et nous lui appartenons. « Autant les cieux sont élevés au dessus de la terre, autant la bonté de Dieu est grande pour ceux qui le craignent. » (Psaume 103 v 11) - « Oh ! Combien est grande ta bonté, que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge, à la vue des fils de l'homme ! » (Psaume 31 v 19).


      -QUE TON NOM SOIT SANCTIFIE :  Nous sanctifions le nom de Dieu, lorsque nous croyons en Jésus, car c'est lui qui fonde le règne qui doit venir. C'est donner la place qui lui est due.  C'est par lui que s 'accomplit la volonté du Père sur la terre, c'est lui qui mettra tous les ennemis sous ses pieds, pour que seule subsiste la volonté de Dieu le Père. C’est par lui que s’ac- complit la volonté de Dieu sur la terre, car c’est lui qui mettra tous les ennemis sous ses pieds, pour que seule subsiste la volonté du Dieu vivant.


       Où le nom de Dieu doit-il être sanctifié (honoré, glorifié, célébré) ?  Dans le monde entier, par toutes les créatures qui sont au ciel, sur la terre et sous la terre.  «Puis il leur dit :  Allez de part le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création » (Marc 16 v 15)  Si celui qui prie sanctifie le nom de Dieu, il souffre de ce qu’il y a encore tant de créatures qui ne le sanctifient pas. En disant :« Notre Père », il se sent en communion avec beaucoup d’autres, mais il sait aussi que la grandeur du nom de Dieu est loin d’être reconnue par toute la création et que pourtant la création ne peut trouver la paix tant que le nom de Dieu n’est pas sanctifié partout.


       

    « Non pas à nous, Eternel, non pas à nous, mais à ton nom donne gloire, à cause de ta bonté, à cause de ta vérité ! » (Psaume 115 v1). Le psalmiste souhaite que Dieu reçoive toute la gloire, mais nous , nous avons tendance à demander au Seigneur de glorifier son nom avec le nôtre : nous sollicitons son aide pour que notre travail ou notre action soient reconnus, le problème surgit lorsque nous ne nous soucions pas de la réputation et de la gloire de Dieu dans nos actions et nos demandes, et si nous ne nous posons pas la question «  à qui en revient le mérite ? »


       -QUE TA VOLONTE SOIT FAITE SUR LA TERRE COMME AU CIEL :Comme chrétiens, nous devons attendre le Royaume de Dieu, bien plus : avoir le souci du Royaume de Dieu. Nous n’avons pas le droit de ne penser qu’à nous mêmes. Le christianisme n’est pas une religion comme les autres, qui mettent en première ligne le bonheur des hommes : Christ est venu pour établir la souveraineté de Dieu ici, sur notre terre, afin que sur la terre s’accomplisse la volonté de Dieu, et qu’alors, naturellement, notre bonheur s’ensuive. D’ici là il ne saurait y avoir de béatitude, sauf celle de Jésus sur la croix : celle que nous possédons dans nos souffrances, celle qui inonde notre cœur lorsqu’il nous est donné d’aller à la détresse, à la mort, pour notre Seigneur et notre Roi.


      La volonté de Dieu pour l'homme est bonne et parfaite, elle est source de bénédictions pour chacun d'entre-nous, elle nous permet de vivre dans le bonheur et le joie parfaite en tout confiance dans sa présence à nos côtés chaque jour. « Voici toutes les bénédictions qui se répondront sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l'Eternel, ton Dieu : (v3) tu seras béni dans la ville, et tu seras béni dans les champs.(v4) Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, le fruit de tes troupeaux, les portées de ton gros et menu bétail, toutes ces choses seront bénis. » (Deutéronome 29 v 2 à 4). Lorsque nous laissons la volonté de Dieu s'accomplir dans notre vie tout cela est acquis et nous est offert, même si quelque fois tout semble montrer le contraire . « C'est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu'à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due. » (1 Corinthiens 4 v5) Dieu connaît ce qui est le meilleur pour nous et il est le premier à le savoir.


       La Bible n’exclut pas la terre des espérances d’avenir. La terre est le paradis qui nous a été fermé ; la terre est le ciel qui nous appartient à nous, les hommes. Dieu règne au ciel et nous nous sommes sur terre où Il règne aussi, mais d'une façon différente, Il a tous pouvoirs ici-bas comme aux cieux. La création, dont les premiers chapitres de la Bible nous racontent que le devenir n’était pas achevée ; elle était « très bonne », ce qui signifiait « très bonne pour l’évolution qui devait suivre » .


       Les trois premières demandes de la prière du Royaume (Matthieu 6.9-10) ont pour objet le Père lui-même—son nom, son règne, sa volonté. Ce qui, en effet, importe le plus pour nous aussi, c’est que tout ce qui est de Dieu acquière chez nous toute sa valeur. En adressant ces demandes au Père, nous prions donc au fond pour nous,  puisque c’est nous qui bénéficierons de leur exaucement. Si le nom de Dieu n’est pas reconnu saint, si son règne ne s’édifie pas, si sa volonté est méprisée, nous restons dans une triste situation. C’est d’abord par nous et parmi nous que son nom doit être sanctifié ; c’est chez nous que son règne doit venir, que sa volonté doit s’accomplir.


      Nous devons prendre à cœur ces demandes : précisément parce que tout ce qui en fait l’objet est pour notre bien, si nous jugeons inutile de nous en occuper, si nous trouvons qu’il importe peu que son nom soit tenu en honneur dans le monde, que son règne s’établisse sur toutes les créatures, que toutes les volontés qui ne viennent pas de Dieu, si puissantes soient-elles sur la terre, disparaissent, Dieu n’intervient pas, et laisse les choses suivre leur cours. Ne nous étonnons pas de ce qui arrive en ce monde actuellement, puisque Dieu a été mis de côté dans toutes nos institutions, et que son nom est bafoué ,ridiculisé.


 Notre Père

2 ème Partie

               

 « Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnes-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; pardonnes-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés;ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à Toi qu'appartiennent, dans les siècles des siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » (Matthieu 6 v 9 à 13).


      La première partie qui a été traitée, se centrait sur une reconnaissance de notre part de Dieu dans tout le domaine de la création et de son autorité sur toutes choses ici-bas et dans les cieux, et aussi nôtre acceptation de son autorité sur nôtre vie entière.


La deuxième série, que voici, concerne les demandes que nous lui adressons, autant pour nos besoins journaliers matériels et spirituels.

     DONNES-NOUS AUJOURD'HUI NOTRE PAIN QUOTIDIEN :

Dieu veut répondre à nos besoins matériels (Philippiens 4 v.19) «  mon Dieu pourvoira à tous vos besoins, selon sa richesse, avec gloire en Jésus-Christ. » Le Sauveur pense à ceux qui n’ont pas le nécessaire, même pour la journée d’aujourd’hui. Lorsque Jésus  envoyait les disciples en mission, leur pain quotidien n’était pas assuré d’avance. Ils ne devaient rien emporter ni se mettre en souci de rien, mais tout attendre chaque jour de la bonté de Dieu. Sans inquiétude, ils devaient prier simplement : « Père bien-aimé qui es au ciel, donne-nous aujourd’hui aussi notre pain quotidien. » Ils priaient avec confiance et ils ne manquaient de rien. Et plus tard il leur demanda : « Lorsque je vous ai envoyés, sans bourse, sans sac, ni sandales, avez vous manqué de quelque chose ? » Ils répondirent: « Non, de rien ». (Luc 22 v 35)


      Jésus nous encourage à lever vers le Père céleste un regard confiant, sachant qu’il ne nous laissera pas manquer du nécessaire aujourd’hui, et de même demain, puisque nous pouvons prier le lendemain. Celui qui fait cette demande avec une filiale confiance ne prie jamais en vain. Mais il arrive souvent qu’on s’imagine être dans le besoin et que, même quand on est assuré du nécessaire pour le lendemain, on se ronge de soucis pour l’avenir plus lointain : « Recherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu , et toutes ces choses (la nourriture et le vêtement) vous seront données en plus. (v 34) Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine » (Matthieu 6 v 33 & 34)


      ATTENTION! La théologie de la prospérité est fausse : Il n'est dit, nul part dans la bible, que le croyant deviendra riche matériellement parce qu'il a mis sa foi en Jésus-Christ, il ne faut pas que cette mentalité remplisse notre esprit, Dieu désire pour nous un enrichissement spirituel qui nous approchera chaque jour de Lui, c'est là qu'est la plus grande et plus belle richesse que nous pouvons avoir en ce monde, personne ne peut nous l'enlever ni nous la dérober.


     Le regard paternel de Dieu s’arrête sur celui qui le supplie, comme sur Agar à qui il montra le puits où elle puisa pour désaltérer Ismaël (Genèse 21.19). Dieu ne manque jamais de moyens pour venir en aide à ceux qui l’implorent. Il a fait nourrir par les corbeaux le prophète Elie (1 Rois 17.4); il a fait dire à la veuve : « La farine qui est dans le pot ne manquera point et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera point. » (1 Rois 17.14). Avec quelques pains il a nourri des milliers (4000 personnes avec seulement 5 pains et 2 poissons), pour qu’ils ne meurent pas de faim dans le désert (Matthieu 15 v 32 à38) . Il a fait tomber du ciel la manne pour donner le pain quotidien aux bons et aux méchants dans le désert, après que le peuple hébreux soit sorti d'Egypte. Il sait faire des miracles quand il le juge nécessaire, il sait en tous cas tout conduire de manière à ce que sa main paternelle soit bien reconnaissable. Qui n’en a vu des exemples dans sa propre vie ?


      Dieu ne répond pas à nos caprices ou à nos envies, mais à nos besoins, et il veut pour cela que nous ayons aussi une bonne gestion financière : « En effet, si l'un de vous veut construire une tour, il s'assied d'abord pour en calculer la dépense et voir s'il a de quoi la terminer (v 29) Autrement, si après avoir posé les fondements il ne peut la terminer, tous ceux qui le verront se mettrons à se moquer de lui » (Luc 14 v 28 & 29) . Pour de grandes décisions dans notre vie, il faut mieux , en priorité, nous adresser à Dieu pour savoir si cela est vraiment dans sa volonté. Ainsi nous éviterons des déboires et nous seront un témoignage vrai de la présence de Dieu dans notre vie, sachant aussi que Lui pourvoit en son temps à nos besoins et à ceux qui sont utiles pour l'avancement de son œuvre ici-bas. S'Il ne répond pas comme je m'y attends, c'est que ma manière de vouloir faire les choses n'est pas selon son plan. Nous avons un bon exemple avec la guérison de Naaman, celui-ci s 'attendait à une intervention magistrale du prophète, mais ce que celui-ci lui demandait était si terre-à-terre qu'il en était même frustré (2 Roi 5 v 1 à 18).


      David dit :« J'ai été jeune et j'ai vieilli, et je n'ai point vu le juste abandonné ni sa postérité mendiant son pain » (Psaume 37 v 25) Que cela soit un encouragement pour chacun et nous incite à louer Dieu pour tout ce qu'il nous donne chaque jour, il nous invite à reconnaître que c'est Dieu lui-même qui nous soutient et pourvoit à nos besoins. Ne pensons pas que nous y subvenons nous-mêmes ! Cette démarche nous porte à croire qu'il sait tout ce qu'il nous faut et qu'il nous donnera en suffisance, et que chaque jour, sa bénédiction sur nos vie sera renouvelée.


      PARDONNES-NOUS NOS OFFENSES, COMME NOUS AUSSI NOUS PARDONNONS A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSES :


      -PARDONNES-NOUS NOS OFFENSES :

      En nous adressant ainsi à Dieu, nous admettons que nous l'avons offensé, de manière volontaire ou involontaire, comme l'apôtre Paul l'affirmait aussi :  « Je ne comprends pas ce que je fais : je ne  fais ce que je veux , mais et je  fais  ce que je déteste »( Romains 7 v 15 ). Il va plus loin dans son examen de lui-même : « En réalité, ce n'est plus moi qui agis ainsi, mais le péché qui habite en moi. (v18)En effet, je sais que le bien n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma propre nature : j'ai la volonté de faire le bien, mais je ne parviens pas à l'accomplir (v 19) En effet, je ne fais pas le bien que je veux mais je fais au contraire le mal que je ne veux pas ( v 20) Or, si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, mais le péché qui habite en moi. » (Romains 7 v 17 à 20)


      Le pardon de Dieu est une ouverture, une porte qui s'ouvre sur la paix intérieure et le bonheur. Dieu nous offre cette occasion exceptionnelle, et veut nous pardonner chaque jour, son pardon n'a aucun rapport avec la justice humaine.


      Comme dans la parabole du fils prodigue (Luc 15 v 11 à 32), le père accueille son fils, qui est de retour, sans lui faire de reproches, et avec une grande joie, à tel point qu'il fait un grand repas afin de fêter sa venue tant attendue. Dieu affirme son pardon chaque jour, il veut seulement que nous lui demandons en lui apportant nos fautes. Le pardon de Dieu est incomparable, Il a tant d'amour pour chacun d'entre-nous, qu'Il ne veut qu'aucuns se perdent : « De même, ce n'est pas la volonté de votre Père céleste qu'il se perde un seul de ces petits » ( Matthieu 8 v 14) – Jésus affirme lui aussi la volonté de notre Père céleste à l'égard de chacun et chacune : «  Or, la volonté du Père qui m'a envoyé, c'est que je ne perde aucun de tous ceux qu'il m'a donnés, mais que je les ressuscite le dernier jour. » (Jean 6 v 39).


      Comment pourrions-nous rester insensible devant un tel amour du Père et ne pas être reconnaissant de ce qu'Il nous accorde son pardon chaque jour.


-COMME NOUS AUSSI NOUS PARDONNONS A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSES :

      Sommes-nous plus grand que Dieu, pour ne point pardonner ? Ou pardonner est une sorte de faiblesse, ou

accepter d'avoir tord !... Il est vrai que pardonner, demande à chacun de s'humilier, d'admettre ses erreurs, de donner raison à l'autre, mais aussi de remettre les compteurs à zéro lorsque nous avons été offensés ou froissés. C'est bien difficile, mais ça en vaut la peine, car un poids s'enlève des nos  épaules, nous sommes allégés «En effet, Dieu était en Christ : il réconciliait le monde avec lui-même en ne chargeant pas les hommes de leurs fautes, et il a mis en nous la parole de réconciliation »  (2 Corinthiens 5 v 19).


      Si nous pardonnons à quelqu'un quelque faute que se soit, nous recevons  de retour une double bénédictions : nous avons le paix dans le cœur et un soulagement, et nous sommes aussi pardonné par notre Dieu « Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; (v 15) mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes. » (Matthieu 6 v 14 et 15) Par nos rend-cœurs n'attristons pas le Saint Esprit, et permettons lui de faire son œuvre en nous et au travers de nous.


      Dans certaines circonstances, il nous faut pardonner une personne qui nous offense ou nous fait du mal régulièrement par ses actes ou ses paroles, en tant qu'être humain, nous serions tentés de dire une fois  ça va, deux fois c'est bon, trois fois c'est de trop, portant Dieu nous dit de ne pas mettre de limite à nôtre pardon à apporter aux autres : «  Alors Pierre s'approcha de Jésus et lui dit :'' Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi ? Est-ce que ce sera jusqu'à 7 fois ?'' (v 22) Jésus lui dit :''Je ne te dis pas jusqu'à 7 fois, mais jusqu'à 70 fois 7 fois.'' » (Matthieu 19 v 21 & 22) Comme Dieu nous pardonne sans cesse, il doit en être de même de nous , de toujours pardonner.


      Si quelqu'un nous a pardonné une faute, n'oublions pas de pardonner à notre tour notre prochain, ne faisons pas comme dans la parabole du serviteur débiteur : ( Matthieu 18 v 23 à 31)


NE NOUS INDUIS PAS EN TENTATION, MAIS DELIVRE_NOUS DU MALIN :


     Dieu n'induit jamais les hommes en tentation, c'est le malin (le diable) qui fait tout pour nous faire tomber et essaie par tous les moyens de nous écarter, de nous éloigner de la face de Dieu, Il ne nous abandonne pas, Il ne veut pas que nous soyons vaincus.


      Le diable veut nous faire croire que la vie chrétienne est ennuyeuse et pénible, que les commandements de Dieu sont lourds à mettre en pratique : «  Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, (v4) parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, c'est notre foi » ( 1 Jean 5 v 3 & 4) .


      ''Ne nous induis pas en tentation'' pourrait être exprimé par : Ne nous abandonne pas, ne permet pas que nous soyons vaincus par les tentations et les envies que le monde peut apporter et mettre devant nous, devant nos yeux et notre esprit !. La tentation restera devant nous toute notre vie, c'est l'arme préférée du diable, comme il ne peut plus atteindre le fils de Dieu (Jésus-Christ) il s'attaque à ceux qui croient à la force et la puissance du Dieu vivant, c'est à dire nous qui croyons. Il veut nous faire chuter par tous les moyens possibles. La tentation n'est pas supprimée lors de notre conversion, seule la foi et le force en la présence de Dieu en nous peut aider à surmonter nos tentations.


        Lorsque nous vainquons la tentation, cela nous rend fort, mais nous fait comprendre et identifier nos points faibles et ainsi acquérir une maturité spirituelle plus profonde, et ainsi nous obtenons des défenses pour le futur. La tentation nous permet de mieux connaître nos faiblesses, et d'être reconnu dans le monde invisible, l'apôtre Paul avait cette réputation :  «  Quelques exorcistes juifs ambulants essayèrent d'invoquer sur ceux qui avaient des esprits malins le nom du Seigneur Jésus, en disant : Je vous conjure par Jésus que Paul prêche ! ( v 14) Ceux qui faisaient cela étaient sept fils de Scéva, Juif, l'un des principaux sacrificateurs. ( v 15) L'esprit malin leur répondit : Je connais Jésus, et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ? » ( Actes 19 v 13 à 15).


      Dieu ne veut pas que nous soyons tentés au dessus de nos forces, Il connaît notre état intérieur et notre disposition de cœur à chaque instant de notre journée. C'est ce qu'Il fit lorsque le peuple d'Israël sortit d'Egypte, celui-ci dut faire un détour pour éviter le peuple Philistins, de peur que le peuple veuille retourner en Egypte. « Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne le conduisit point vers le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche ; car Dieu dit : Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Egypte. ( v 18) Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge » ( Exode 13 v 17 & 18). Il doit quelque fois agir de la même façon avec nous pour nous éviter d'être tenté plus que nos forces pourraient supporter.


      Toutefois, il faut avoir le désir de fuir nos tentations et ne pas y céder. « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. ( v 9) Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. ( v 10) Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous rendra inébranlables. » (1 Pierre 5 v 7à 10)


 Notre Père

3 ème Partie

               

             « Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnes-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; pardonnes-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés;ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à Toi qu'appartiennent, dans les siècles des siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » (Matthieu 6 v 9 à 13).


Dans les 2 premières parties de cette étude sur « Notre Père », nous avons pu constater, qu'elles étaient orientées vers des demandes : le règne, sa volonté sur la terre et dans le ciel, le pain, pardon des offenses, l'aide pour nous aussi pardonner, la tentation et la délivrance du mal. Cette section ci, est toute différente, car elle est orientée vers la reconnaissance du royaume, de la puissance et de la gloire de Dieu.


« Le règne »

     


Nous acceptons qu'Il règne sur nos vies, qu'Il en soit le centre, sachant qu'Il est notre créateur : « Toute grâce excellente et tout don  parfait descendent du ciel (d'en haut), ils viennent du Père, de Dieu le créateur « Tout bienfait et tout don parfait viennent d'en haut ; ils descendent du Père des lumières, en qui il n'y a ni changement ni l'ombre d'une variation »(Jacques 1 v 17).


    Pour faire nôtre cette prière, il faut que nous ayons aperçu par la foi le règne, la puissance et la gloire du Père, comme les disciples les ont vus apparaître en Jésus, les ont connus par lui et reçus dans leur cœur par les enseignements et les miracles qu'il leur a enseignés et apportés durant son ministère ici-bas. Il n’y a en réalité que lui qui puisse dire cette prière parfaitement. Les paroles qui terminent cette prière, expriment notre confiance absolue dans l'appui que nous offre notre Père céleste. Plus nous avançons dans la foi, plus nous devons désirer  que s'accomplisse sur notre vie , le règne de Dieu et le reconnaître dans l'avenir de toute chose ici-bas ; sachant que toutes les puissances de ce monde lui sont ennemies. A toi le règne ! Nous voulons que seul Dieu à le droit de régner, nul autre que lui n'a cette autorité et ne peut régner sur les hommes. Nous acceptons ainsi toute son autorité sur notre vie ici-bas !  Tant que nous verrons le monde, le malin et la chair gérer ce monde, nous prierons pour que son règne vienne sur la terre comme aux cieux, et pour l'éternité.


Pourrions-nous entendre , avec indifférence, voir le nom de Dieu méprisé, voir les hommes placer les choses de la terre et d'autres noms, ou eux-mêmes, au dessus de notre créateur, et rester muet devant tant de choses qui ne Le glorifient pas. Ce serait nous séparer de Jésus si nous voulions supprimer Notre Père, car tout lui est soumis. Le monde actuel ne connaît plus Dieu Le Père, car il l'a irradié et remplacé par les choses éphémères, la science tente chaque jour de se mettre au dessus de celui qui a tout créé, l'homme ne peut créer car il fait parti lui-même de la création de Dieu, il ne peut que découvrir et transformer les choses, et plus la science avance dans ses découvertes, plus elle confirme la réalité de Dieu et la véracité de la bible et de Jésus-Christ sa parole faite chair. 


 Nous sommes assurés que nul autre que lui n'a le droit de régner sur le monde, ni la chair et ni le malin. Nous devons prier pour qu'il revienne et que son royaume s'établisse ici-bas et avoir confiance en sa parole qui nous enseigne que son temps est connu seulement de lui, même son fils Jésus, notre sauveur, ne le connaît pas : «Pour ce qui est du jour  et de l'heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul . » (Matthieu 24 v 36). Il faut qu'il revienne pour renouveler et assainir la terre, et ainsi établir le règne de son fils : « Tenez-vous prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas » (Matthieu 24 v 44).


 C'est cette parole pleine de foi et d’assurance : « C’est à toi qu’appartient le règne », qui renferme l’ardent désir et l’attente de son règne. Alors aussi la volonté du Père sera faite sur la terre comme au ciel : toutes les volontés des hommes, jusque-là égoïstes et obstinées, se soumettront à la volonté du Père qui régnera par la toute puissance de son amour sur nous tous. C'est alors que la gloire du Père éclatera !..


« La puissance »


Nous savons que nous ne prions pas en vain, car toutes choses sont possibles à notre Père céleste. Il peut nous exaucer  magnifiquement, si nous le prions en vrais adhérents du Royaume, en serviteurs de Jésus. Il a la puissance d’établir son règne, comme de nous dispenser ce dont nous avons besoin chaque jour , il peut aussi bien nous donner notre pain quotidien que pardonner nos péchés, nous préserver de la tentation et nous délivrer du mal.


En Jésus nous apercevons la puissance du Père révélée sur la terre pour le salut de tous. Jésus n’est-il pas vainqueur en toutes choses ? Même la mort n'a pu le retenir !... Douterions-nous qu’il soit victorieux jusqu’au bout et établisse le règne de son Père ? Jamais !... Nous connaissons la puissance de Dieu, nous l’avons vue à l’œuvre, dans notre vie de croyant, dans l'action continue qu'il accomplit chaque jour afin que nous soyons inébranlable en sa présence, et c’est avec joie que nous nous joignons à la prière du Seigneur et faisons nôtre la grande cause, car nous savons que tout doit et peut s’accomplir par la puissance infinie de Dieu le Père, à lui rien n'est impossible.


« La gloire »


Telle est l’affirmation finale. A lui sont la louange, l’honneur et la   gloire, et toutes les créatures qui vivent et se

         meuvent en lui, annoncent cette gloire de Dieu. Mais dans le monde pécheur, beaucoup de créatures ne connaissent

plus Dieu et ne glorifient plus son nom, souvent même le déshonorent. Elles n’ont pour lui ni reconnaissance, ni

respect, ni louange, et ne l’implorent jamais. Elles se glorifient elles-mêmes aussi longtemps qu’elles le peuvent, et

elles finissent par tomber dans l’opprobre parce que la gloire de Dieu qu’elles n’ont pas reconnue, n’est pas trouvée

en elles. Cela peut-il durer ? Oh ! non. « A toi, Père céleste, la gloire. Il faut que tout ce qui vit te glorifie. En toi

nous avons la vie, le mouvement et l’être, avec toutes les créatures ».

Nous savons que le jour viendra où ceci sera révélé à tous et nous prions avec le Sauveur, le premier-né de toutes

les créatures, en qui toutes naîtront de nouveau par la foi, pour que toute la création rayonne à nouveau la gloire

de Dieu et que le nom du Père soit répété et glorifié dans le monde entier. Ainsi la parole : « A toi appartient la

gloire », exprime notre foi dans la révélation finale de la gloire du Père par toute la création. La perspective de

cette gloire vers laquelle nous marchons nous rassure au milieu des terribles combats qui nous sont encore imposés, car c’est « éternellement » que tout sera bien. Quelle consolation de se dire, en levant les yeux vers le Père céleste, que son règne, sa puissance et sa gloire, toutes ces choses excellentes dureront éternellement. Tous les royaumes du monde, avec leur grandeur, leur puissance, leur faste, sont bien misérables en comparaison. Car de tout temps tout a trouvé sa fin, et parfois une fin d’autant plus terrible que l’on s’était éloignés davantage de la gloire du Dieu paternel.


Le monde peut périr, notre Dieu fort demeure. C’est le cœur paisible que nous disons : « Amen »,  c’est-à-dire : En vérité, cela sera assurément établi. Oui, oui, qu’il en soit ainsi ! . Oui, il en sera ainsi:  « En effet, pour toutes les promesses de Dieu, c'est en lui que se trouve le « oui », et c'est donc aussi par lui que nous disons « amen » à Dieu, pour sa gloire » (2 Corinthiens 1 v 20).


 Ce que les fidèles disciples de Jésus demandent chaque jour d’un cœur fervent, pour la glorification du Père, s’accomplira. Toute la création se réjouit, au milieu de tous ses soupirs, de la gloire à venir que Dieu déploiera et révélera à ses yeux.



4 - Le Fils Jésus-Christ


       Nous avons  avons vu dans les études précédentes la prière « Notre Père » et nous avons essayé de découvrir toute la teneur du contenu qu'elle renferme. Mais nous ne pouvons l'utiliser sans tenir compte de celui qui nous l'a apportée, c'est-à-dire Jésus le fils du Dieu Vivant. Dès le début du verset 9 de Matthieu 6 « Voici donc comment vous devez prier », ce n'est pas un ordre mais une recommandation. A cette façon de s'exprimer, Jésus, nous signale sa position de fils et son autorité auprès du Père , il ne nous laisse pas seul quand il s'agit d'intercéder auprès du Père, il est notre médiateur : «  Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, (v6) qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. C'est là le témoignage rendu en son propre temps. »  (1 Timothée 2 v 5 & 6).


       Il nous faut accepter la médiation essentielle qu'est celle de Jésus pour accéder auprès du Père si nous souhaitons être reçus et exaucés par Lui. Un détail signifiant, Jésus nous montre son intervention dans le premier mot de sa prière, pour nous accompagner auprès de son père, «Il leur dit : Quand vous priez : Dites Père ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne » (Luc 11 v 2).


Si, par la prière, Jésus nous amène auprès du Père, c'est parce qu'Il est le créateur de toutes choses, entre autre de chaque être vivant ; c'est sur ce fait que l'apôtre Paul s'appuie  dans son intercession pour tous les hommes « A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père (v 15) duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, (v 16) afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur ( v 17) en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi »  (Ephésiens 3 v 14 à 17) 


       Cependant, il nous faut plus que la valeur d'une existence voulue et désirée de Dieu, pour pouvoir l'aborder et le tutoyer comme seul Jésus peut se permettre de le faire, voilà pour qu'elle raison lui seul peut nous présenter à son Père. Loin de nous effacer, Jésus nous rend dignes d'être accueillis et bénis, d'être connus comme son enfant et faire partie de sa famille.


       Pour être son enfant, il nous faut pour cela accepter Jésus dans notre vie, et le prendre comme notre Sauveur, afin de pouvoir accéder auprès du Père.  « Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi ; (v 7) Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père » (Jean 14 v 6 & 7). Dieu nous veut près de lui, mais le seul accès à sa sainteté ne peut se faire que par la porte qu'est Jésus :  «Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages » ( Jean 10 v 9). Lorsque nous avons fait la démarche d'accepter Jésus, nous sommes sur le seuil de la porte du palais de Dieu, il nous reste à nous y avancer en saisissant la main de Jésus, et ainsi nous pouvons progresser vers la majesté divine.


       Une bonne perception de la grandeur et de la majesté de Dieu est importante à tous égards, car notre confiance en Lui sera essentielle pour notre relation, car IL ne saura tolérer aucun ombrage sur l'authenticité de son amour ou sur son réel désir de nous recevoir. Dieu, au travers de son Fils bien-aimé veut être une lumière pour nos vies : «  Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.us écrivons ces choses, afin que votre joie soit parfait  (v 5) La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu' il n'y a point en lui de ténèbres (v 6)Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité (v 7) Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché (v 8) Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous nous séduisons nous-mêmes et et la vérité n'est point en nous (v 9) Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purijier de toute iniquité ( v 10) Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous »(1 Jean 1 v 4 à 10)  -- « Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste (v 2) Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier   » (1 Jean 2 v 1 & 2) 


5 - L'intercession

intercèder


        Définition de l'intercesseur : Personne qui intercède en faveur d'une autre personne. Intervenir en faveur de quelqu'un, parler pour lui : Intercéder pour un condamné, pour un malade auprès de Dieu, ou pour une action spéciale, pour une aide pour une personne tière.


   

       Dans les écritures , il y a deux choses que Dieu recherche et qu'il a besoin : des adorateurs en esprit et en vérité, et des intercesseurs qui se tiennent sur la brèche comme des sentinelles. «  mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que la Père demande » (Jean 2 v 23). Dès que nous adorons en esprit et en vérité, nous devenons des intercesseurs et nous accomplissons la volonté de Dieu, car nous l'adorons et nous lui demandons son intervention dans les choses pour lesquelles nous intercédons.


       L'intercession n'est pas l’a-panache d'une ou plusieurs personnes de l'église, elle fait partie de la vie de chacun d'entre-nous qui nous disons être chrétien. Dieu nous donne la force et le pouvoir de la faire, c'est une disposition d'esprit que de rester connecté avec notre Père céleste à chaque instant. Par sa puissance Il dirige dans les cieux et Il gouverne le monde naturel où nous vivons, et en tant qu'intercesseur nous régnons avec sa justice, non point celle des hommes.


       Notre intercession n'a pas pour but d'influencer Dieu dans son plan parfait, mais plutôt de le faire agir, sachant que rien n'arrive sans sa permission car Il a le contrôle sur toutes choses. «  Les cieux sont les cieux de l’Eternel, mais il a donné la terre aux fils de l’homme » (Psaume 115 v 16).


        « J'aime l'Eternel, car il entend ma voix, mes supplications (mes intercessions) ; (v 2) Car il a penché son oreille vers moi ; et je l'invoquerai toute ma vie » (Psaume 116 v 1 & 2). C'est au travers de la louange et de l'intercession que Dieu est capable d'intervenir et de nous délivrer de l'oppression qui nous entoure chaque jour, la prière est le moyen le plus efficace. Dieu a établi ce moyen pour communiquer avec Lui et nous impliquer dans les affaires de son royaume, afin que son plan se réalise au travers de l'église sur cette terre qu'il nous a donnée et que nous devons préparer en l'invitant à venir y régner, sachant que l'homme a abandonné son droit de leader à Satan qui la gouverne, c'est là le but de nos prières, le retour de Jésus-Christ.


       Pour être un intercesseur, il nous faut connaître le cœur de Dieu, car quand Il choisit de faire quelque chose, Il le fait connaître à son peuple, Là est la raison pour laquelle nous devons être à son écoute et connaître son cœur et ne plus prier simplement pour nos propres besoins, mais pour que sa volonté s'accomplisse ici-bas, ainsi nous aurons une communion , une relation intime avec Lui, non pas une relation occasionnelle, mais  chaque jour. Ceci est la base de la prière, coopérer avec Lui et non Lui pour nous, œuvrer pour sa gloire.


       Trop souvent nos prières, qui montent vers Dieu, sont axées sur nos besoins, mais si nous recherchons en premier sa volonté, Il prendra soin de nous. « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup mieux qu'eux ? » ( Matthieu 6 v 26). Notre intercession est basée sur quoi nous nous nourrissons, si nous nous nourrissons des choses de ce monde, notre prière sera pour de telles choses, mais si nous nous nourrissons de la parole de Dieu, nous connaîtrons la volonté de Dieu pour les choses d'ici-bas et notre intercession sera orientée pour que son plan s'accomplisse une fois pour toute, et connaître ce que Jésus a racheté pour nous ?


    L'intercession est basée sur qui a été accompli à la croix et qui doit être connu par toute la terre en proclamant sa Parole. Il nous faut prendre autorité sur le monde invisible, car nous sommes sous l'influence de trop de forces démoniaques dans les lieux célestes. Satan n'est pas encore en enfer et son but est de détourner nos prières et également d'intercepter la réponse de Dieu. « Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles » (Apocalypse 20 v 10). Il nous faut prier et intercéder pour qu'il soit chassé et que nous ayons la victoire. Quand nous intercédons nous avons accès au trône de Dieu, sa puissance  est pour nous et nous couvre, et chaque fois que Dieu a parlé les choses se sont réalisées, Il fait tout par sa parole qu'Il prononce.


       Lorsque nous venons pour intercéder, nous devons faire monter notre louange vers Dieu ainsi il est plus facile d’être à son écoute et ensuite nous amenons les sujets qu’il met sur notre cœur et proclamons sa Parole. D’où aussi l’importance de prier à haute voix car sinon les anges ne peuvent pas agir pour combattre pour nous.


      « Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun ne périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3 v 9). La promesse est que aucun ne périsse, mais que tous arrivent à la repentance, c'est la base même de notre intercession, en nous appuyant sur la victoire de Jésus-Christ sur la mort et sa résurrection. Comme un avocat, nous défendons les causes devant la justice de Dieu, car nous connaissons son cœur, sa volonté, et nous voulons qu'elle se réalise, car rien n'arrive et ne peut se dénouer son sa volonté, sans sa permission, il n'ira pas contre lui-même, contre ses propres lois.


       En intercédant, nous libérons la volonté de Dieu sur terre sur une situation qui n'est pas en accord avec sa volonté. Daniel a dû prier afin quela prophétie de Jérémie se réalise, dans nos vies Dieu contrôle aussi loin que nous lui permettons d'agir, il en est de même pour les nations. Daniel a lutté 21 jours avant d'avoir la réponse à son intercession, un combat s'est produit dans les cieux entre les anges combattants pour Dieu et les forces

sataniques. Dans nos intercessions, nous devons inviter Dieu à revenir sur terre, nous devons être en attente de son retour et intercéder pour que les âmes se tournent vers lui avant qu'il ne soit trop tard « Entrer par la porte étroite. Car large et spacieux est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là » (Matthieu 7 v 13) « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas. » ( Luc 13 v 24) .


       Dieu fait tout par sa parole qu'il prononce, « Dieu dit : que la lumière soit ! Et la lumière fut » (Genèse 1 v 3) Lorsque Dieu prononce une parole, elle s'accomplit. « Le jour de Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu'elle renferme sera consumée. (v 11) Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété,(v 12) tandis que vous attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront ! (v13) Mais nous attendons, selon sa promesse de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. (2 Pierre 3 v 10 à 13) En intercédant, nous proclamons cette parole, et l'accomplissement de son plan au travers de l'Eglise sur terre.


    Le Saint-Esprit intercède au travers de nous :  « De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; (v 27) et celui qui sonde les cœurs, connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints. (v28) Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » ( Romains 8 v 26 à 28).

       Le Saint-Esprit nous aide dans nos faiblesses, dans les moments où nous ne savons pas ce qu'il convient de demander dans nos prières, il intercède par des soupirs inexprimables, car il connaît la pensée de l'Esprit qui est dans notre cœur. Parfois nous ne savons pas pourquoi, mais nous sentons que nous devons parler en langues ou au travers de profonds soupirs et de larmes inexprimables qui nous saisissent sans trop en savoir la profonde raison, le Saint-Esprit lui le sait et en connaît le fondement.


      Jésus-Christ est venu briser le commandement, l'autorité de Satan sur l'humanité, et c'est à nous d'appliquer son autorité sur terre pour briser l'emprise de l'adversaire sur les gens et les nations. Jésus-Christ nous représente dans les cieux, il est notre intercesseur auprès du Père céleste qui voit en nous l’œuvre accomplit par le sacrifice de son fils fait à la croix. « Lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu, (v13) attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. » (Hébreux 10 v 12 & 13). Il est assis auprès du Père et attend que nous les intercesseurs fassions valoir son œuvre et que nous le représentions sur terre, par notre façon de nous

comporter et l'intercession que nous lui apportons pour ceux qui nous entourent et les nations, car nous le représentons sur terre. Lorsque nous priions, Jésus-Christ se tient pour nous dans les cieux auprès du Père pour appuyer notre intercession. C'est ainsi qu'il nous représente dans les cieux lorsque nous faisons valoir son autorité et le sacrifice qu'il a accomplit, Il est notre rédempteur et Il nous donne le droit de prier et d'intercéder en son nom car il a prit le jugement pour nous afin de nous réconcilier avec le Père, la victoire a été acquise à la croix.


       Intercéder demande du temps et de l'engagement, même des efforts, car lorsque nous commençons, il nous faut aller jusqu'au bout,  abandonner notre moi et laisser l'Esprit nous emmener, sans pour cela savoir où. Être tel une sentinelle, veiller jour et nuit pour la victoire. Il ne faillit pas dans ce combat tant qu'il ne ressent pas une paix qui l'envahit et qu'il sait que Dieu a répondu et que l'ennemi est vaincu. L'intercesseur  sait attendre en silence dans la présence de son Père, car c'est à ce moment là que nos désirs les plus profonds sont changés et que Dieu nous révèle et nous partage ses secrets. Notre patience est quelquefois mise à l'épreuve, car nous sommes trop impatient de voir les choses se réaliser immédiatement, notre temps n'est pas son temps, mais la victoire Lui revient toujours.


-------

6 - Notre reconnaissance



       

            Chaque jour, nous devons être reconnaissant envers Dieu de ce qu'Il nous accompagne chaque jour. Sachant faire comme David et dire :  « Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sera toujours dans ma bouche » (Psaume 34 v 1).


       Mais sommes-nous reconnaissant du bout des lèvres ? Ou sommes-nous de ceux qui glorifient Dieu chaque jour de leur vie et le bénissent pour toute l'aide qu'Il nous accorde sans cesse. Notre cœur doit être rempli de cette reconnaissance, il doit en déborder, même si nous Lui avons désobéi, et en ce cas, encore plus reconnaissant puisqu'Il nous pardonne notre faute ; Jonas pour avoir désobéi à Dieu, se retrouva dans le ventre d'un gros poisson, mais il implora le Seigneur de le secourir, c'est ce qu'Il fit puisqu'Il l'en délivra. Suite à cela, Jonas fit une promesse : « Mais moi, je te sacrifierai avec une voix de louange, je m’acquitterai de ce que j'ai voué. La délivrance est de l'Eternel » (Jonas 2 v 10) – version Bible Online : «  Pour moi, je t'offrirai des sacrifices avec un cri d'actions de grâces. J'accomplirai les vœux que j'ai faits : le salut vient de l'Eternel » La délivrance de Jonas a pour effet de créer en lui un cri de louange et d'actions de grâces, un cri de reconnaissance.


        Si nous nous trouvons au fond d'une crevasse, ou que tout s'écroule autour de nous, travail, relation professionnelle ou personnelle ; le moyen le meilleur et le plus efficace est de louer Dieu et de lui apporter notre reconnaissance, pas facile ! Mais en cela nous Lui démontrons que nous notre entière confiance est en Lui seul, et que rien ne peut nous séparer  de sa présence dans notre vie.


       En reconnaissant sa force et sa puissance, notre foi s'affermit : «  Nous avons donc toujours confiance, et nous savons qu’étant présent dans ce corps, nous demeurons loin du Seigneur (v 7) car nous marchons par la foi et non par la vue. ( 2 Corinthiens v 6 & 7). Nous reconnaissons que malgré les circonstances adverses, Dieu agit toujours pour notre bien : « Mais nous savons que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui sont appelés selon son propos » ( Romains 8 v 28) version français courant : » Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dien »


       Lorsque David fut chassé et s'en alla loin d'Abimelec, il bénissait, malgré cela, l'Eternel : « Je bénirai l'Eternel en tout temps, et sa louange sera continuellement dans ma bouche » (Psaume 34 v 1) et plus loin:  « J'ai cherché l'Eternel, et il m'a répondu, et m'a délivré de toutes mes frayeurs » (Psaume34 v 4).


En restant les yeux fixés sur Dieu plutôt que sur notre problème, Il devientplus grand et le problème

plus petit, c'est une action qui ne peut se faire que par la foi en Lui seul et en sa parole: « La foi vient de

ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Dieu » (Romains 10 v 17). Si en de telles

circonstances, nous affirmons et proclamons du plus profond de notre cœur que les promesses de Dieu

sont vraies et l'Amen, alors notre cœur et notre bouche seront remplis de reconnaissance.


Avant de ressusciter Lazare, Jésus leva les yeux en haut ( vers le ciel) et dit: « Père, je te rends grâces

de ce que tu m'as entendu (v 42) or moi je savais que tu m’entends toujours, mais je l'ai dit à cause de la

foule qui est autour de moi, fin qu'ils croient que toi, tu m'as envoyé. ( Jean 11 v 41 & 42) Jésus faisait

pleinement confiance en son Père, il en est ainsi aussi pour chacun d'entre-nous, faisons Lui confiance à

chaque instant difficile ou non, car Il est près de nous au travers de son Fils Jésus-Christ.


       Lorsque nous remercions Dieu, pour nous avoir sauvé, d'avoir pourvu à nos besoins, de sa protection, notre reconnaissance et notre assurance en Lui grandissent, nous permettant ainsi de marcher chaque jour de plus en plus dans sa présence, et nous pouvons dire comme David :  « C'est Dieu qui me donne la force d'agir, qui fait réussir ce que j'entreprends » (Psaume 18 v 33)


       Devant des problèmes ou certaines situations, nous agissons comme Elie fuyant devant Jézabel, alors qu'il avait auparavant proclamé et démontré la force et le pouvoir du non de l'Eternel devant tous les faux prophètes du pays. Ou sommes-nous comme Jérémie désespéré devant lui-même ? Imitons plutôt David, qui au plus sombre de sa vie se tourna vers Dieu : « Et David fut dans une grande détresse, car le peuple parlait de le lapider ; car l'âme de tout le peuple était pleine d'amertume, chacun à cause de ses fils et à cause de ses filles, et David se fortifia en l'Eternel son Dieu » (1Samuel 30 v 6).


       Ne nous laissons pas trop vite abattre par les circonstances et ne cherchons pas à plaire aux hommes, mais à Dieu en toutes circonstances : « Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ » ( Galates 1 v 10).


       Avançons chaque jour de notre vie ici-bas, reconnaissons sa présence chaque jour à nos côtés, car Dieu ne nous abandonne jamais, Il veut seulement que sa Parole s'accomplisse en nous et au travers de nous.























-------

7 - LE PARDON


Apprendre à savoir pardonner


(Marc 11v25:) « Et lorsque vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux, vous pardonne aussi vos fautes. »

 

        Un verre d'eau n'est pas lourd à porter, mais si nous devons le porter à bout de bras pendant des heures, nous risquons d'avoir des crampes. Mais nous serions certainement mal en point au bout de 24 heures à ce petit jeu. Pourtant, le poids du verre d'eau n'a pas changé, il paraît un peu plus lourd à mesure que le temps passe.

 

       Si nous en voulons à quelqu'un qui nous a fait du tord, nous découvrons que le temps alourdi notre rancœur, et elle deviendra un poids constant dans notre vie. Il n'y a aucun doute, qu'il y aura toujours dans notre vie, des gens qui nous feront souffrir, cela est inévitable, dans la mesure où nous devons partager la planète avec d'autres! Parfois ils nous feront du mal sciemment, parfois sans le vouloir.

 

        Devons-nous nous comporter comme si rien n'était arrivé, devons-nous prétendre que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes! Bien sur que non!

 

        La première étape consiste à faire face à la souffrance ressentie et à la gérer correctement, sinon pardonner sera plus difficile. C'est à ce stade que nous devons prier: »Seigneur changes moi et guéris-moi! » Jésus a dit : (Luc 6v28): »Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. » De cette manière de faire, nous découvrons que notre rancœur s'atténue et que nous commençons à les voir dans la perspective divine, plutôt qu'à travers le filtre déformant que nos émotions entrainent. Dans la 2ème partie de (Marc 11v25b), Jésus dit : »Pardonnez afin que votre père qui est dans les cieux, vous pardonne aussi vos fautes » Si nous refusons de pardonner, attendons-nous à ce que Dieu agisse de la même manière envers-nous. Isaac est un exemple à suivre en matière de pardon. Au lieu de se venger, il alla plus loin et creusa d'autres puits. Dieu s'empressa de remplir les puits d'Isaac et lui fit la promesse de le bénir, lui et ses enfants (Genèse 26v16 à 23). Il en sera ainsi, si nous pardonnons à ceux qui nous ont causé du tord et des souffrances, il comblera le vide de notre vie et nous accordera ses bénédictions.

 

        (1 Pierre 2v23-24): »Lui qui, insulté, ne rendit pas l'insulte, souffrant, ne faisait pas de menaces, mais s'en remettait à Celui qui juge justement; v24 Lui qui a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts à nos péchés, nous vivions pour la justice, Lui dont la meurtrissure vous a guéris. »

 

        Longtemps après avoir cru pardonner à ceux qui nous ont fait souffrir, des restes d'amertume, enfouis au plus profond de nous-même, risquent de subsister. Il faut encore beaucoup apprendre sur le pardon: penser à ce que nous avons souffert, nous met encore en colère aujourd'hui; nous cherchons à éviter la personne qui nous a fait du tort; nous ressassons l'incident, soit dans nos conversations ou dans nos pensées; nous ne laissons pas passer une occasion de rappeler à l'autre combien il nous a causé du tort.

 

         Refuser de pardonner au point d'oublier l'offense, n'est que la preuve que nous ne savons pas pardonner. La bible nous apprend qu'il y a deux choses que Dieu n'accepte pas de partager avec personne:

 

         -1er : sa gloire (Esaïe 42v8): »Je suis l'Éternel, c'est là mon nom, et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni mon honneur aux statues. ».

 

         -2ème : Son droit à la vengeance: (Romains 12 v17 à 19): »Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes v18 S'il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. V19 Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit: C'est à moi qu'appartient la vengeance, c'est moi qui donnerai à chacun ce qu'il mérite, dit le Seigneur » (Voir aussi Deutéronome 32v35).

 

        N'essayons pas d'usurper l'autorité de Dieu, laissons-le agir selon Sa volonté et non la notre. Lorsque les gens ont insulté Christ, Il ne les a pas insultés, mais Il s'en est remis à Dieu qui juge justement "l'amertume nous enchaîne, nous lie à celui qui nous a fait du mal et nous devenons son otage". 

 

        Revenir sur les choses que nos parents ont pu nous faire subir, nous sentir spolié parce qu'un associé ou un autre employé s'est approprié l'honneur de notre travail, ressasser les paroles prononcées contre nous n'auront qu'un seul effet, nous rendre nous et personne d'autre, encore plus malheureux! Pourquoi souffrir encore davantage? Pardonnons, oublions et continuons notre chemin!

 

        Si nous trouvons difficile de nous pardonner à nous-même quelque faute du passé, c'est peut-être que nous moissonnons ce que nous avons semé! Et nous souffrons encore davantage si nous avons critiqué et jugé l'un de nos frères ou l'une de nos sœurs pour avoir agi de la même façon. Il est évident que , tant que nous vivrons sur cette terre, nous devons non seulement pardonner aux autres, mais apprendre à nous pardonner à nous-mêmes!

 

        Si le sentiment de culpabilité et les remords nous suggèrent que nos péchés sont trop noirs pour être pardonnés par Dieu, souvenons-nous des paroles de Paul: »Jésus est venu pour sauver les pêcheurs. Et j'en suis la meilleure preuve, moi le pire d'entre eux! Moi qui n'aurais jamais pu m'en sortir sans la grâce infinie de Dieu, qui est la preuve même de Son infinie patience ». Avant sa conversion, Paul persécutait l'église, il en assassinait et torturait les membres. Ces activités étaient toute sa vie, toute sa passion! S'il a pu apprendre à se pardonner, nous pouvons en faire autant.

 

        Si nous refusons de nous pardonner à nous-même, nous sous-entendons que Dieu n'est pas capable de pardonner nos fautes, et qu'elles sont trop graves pour Lui et que le sang de Jésus ne peut nous en laver! Ce qui équivaut au pire des péchés: l'orgueil!

 

        En outre, celui qui se complaît à attirer les querelles, cherche peut-être à provoquer les offenses afin de se créer un visage saint, de martyr face à la noirceur des autres! L'orgueil et l'attitude critique font bon ménage, de même que l'humilité est la sœur du pardon. Dieu dit: (Esaïe 43v25): »C'est moi qui efface tes crimes pour l'amour de moi, et je ne me souviendrai plus de tes péchés ».

 

         Si nous adoptons une attitude d'humilité et acceptons de nous pardonner à nous-même comme Dieu nous pardonne, nous trouverons plus facile de pardonner aux autres: (Psaume 37v7 à 9): »Garde le silence devant l'Éternel, et attends-toi à Lui, ne t'irrite pas contre celui qui réussit dans ses voies, contre l'homme qui accomplit de mauvais desseins -v8 Laisse la colère, abandonne la fureur, ne t'irrite pas, ce serait mal faire -v9 Car ceux qui font le mal seront retranchés ». Paul s'adressant aux colossiens: (Colossiens 3v12): »Ainsi donc comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'ardente compassion, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience ». Le fruit de notre pardon, sera la paix dans notre cœur et dans notre âme, et se verra sur notre visage rayonnant de la gloire de Dieu.

 

        La bible nous dit: (Matthieu 6v14-15): »Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera, -v15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes ». La charge que nous portons souvent sur nos épaules, est bien souvent causée par le manque de pardon accordé aux autres, ce qui crée en nous une érosion et nous rend irritable. En pardonnant, nous allégeons notre fardeau et nous rendons l'atmosphère de notre entourage bien plus agréable, et aussi, nous plaisons à Dieu, et ce n'est pas la moindre des choses.

 

        Il n'y a pas de limite au pardon: (Luc 17 v3-4): » Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprend -le et, s'il se repent, pardonne-lui -v4 Et s'il pèche contre toi sept fois dans un jour, et que sept fois il revienne à toi, en disant: Je me repens, tu lui pardonnera ». Pardonner c'est aussi faire grâce à son prochain et l'aimer comme Dieu nous aime (Colossiens 3v13): »Supportez-vous les uns les autres et faites-vous grâce réciproquement; si quelqu'un a à se plaindre d'un autre, comme le Christ vous a fait grâce, vous aussi, faites de même ».

 

        Un fait très surprenant, nous est mis en évidence en (Matthieu 18v21-22): »Alors Pierre s'approcha et lui dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il pèchera contre moi? Jusqu'à sept fois? Jésus lui dit: v22 Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois » Il est évident que nous ne pouvant tenir une comptabilité du nombre de fois que nous pardonnons quelqu'un. Mais par cette façon de parler, Jésus nous indique et nous montre bien qu'il faut pardonner indéfiniment et ne pas revenir en arrière sur des fautes commises à notre égard par notre prochain. Le verset: « Je pardonne, mais je n'oublie pas! » n'est pas dans la bible, et il n'est que trop humain. Sans pardon, il y a plus de vie possible, et la rancœur rend la vie triste et déprimante. Seul le pardon nous rend la paix et la joie de vivre en notre Seigneur Jésus-Christ.

 

        Jésus a tout pardonné à la croix, il a tout pris sur lui, comment nous qui disons être un de ses enfants, pouvons-nous quelquefois rester si froid devant un frère ou une sœur qui nous demande d'être pardonné. Nos cœurs sont-ils devenus si secs? N'oublions pas qu'il faut que nous pardonnons aux autres, si nous voulons nous aussi être pardonné (Matthieu 6v14-15) – (Ephésiens 4v32): »Pardonnez, comme Dieu vous a pardonnez en Christ.» Pardonner n'est pas facile, car c'est abandonner une partie de soi-même, c'est ne plus se mettre au centre de notre vie, mais voir les autres autrement, les acceptant comme faisant partie de notre famille charnelle et spirituelle que Dieu nous donne, et qui sera parfaite que si nous appliquons à chacun le même pardon que celui que Christ nous a accordé à la croix de golgotha.

 

        Nous ne pouvons pas pardonner, si nous n'avons pas l'amour du prochain. Il n'y a pas eu de plus grand pardon que celui fait à la croix de Golgotha. Et si nous ne pardonnons pas, nous meurtrissons encore plus et apportons encore plus de souffrances à Christ qui s'est donné pour nous. Dans la prière modèle que Jésus nous a apportée en (Matthieu 6 v6-13) "Pardonne-nous nos offences, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés." Pourtant cette prière est si souvent récitée, mais si peu mise en pratique.

 

        Se croire parfait au point de se sentir supérieur aux autres, est déjà un péché, car nous abaissons ceux qui nous entourent, et notre orgueil devient une pierre d'achoppement. Il nous faut leur pardon pour les avoir offensés par notre comportement si supérieur: (Matthieu 20 v26-27): »Celui qui se croit au dessus de tous est aveugle et manque d'amour pour les autres. Or l'amour est abondant et ne méprise personne......sans amour il n'y a pas de pardon. » Voir aussi (Matthieu 22 v37 à 40 – Romains 2 v5).


    (1 Corinthiens 3 v1 à 3): »Pour moi frères (sœurs) ce n'est pas comme à des hommes (femmes) spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des petits enfants en Christ -v2 Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouvez pas la supporter, et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels – v3 En effet, puisqu'il n'y a parmi vous de la jalousie et de la discorde, n'êtes vous pas charnels et ne marchez-vous pas d'une manière toute humaine ».

 

        Il sera rendu à chacun selon ses œuvres et nous devrons en rendre compte un jour au tribunal de Dieu, et le mal que nous aurons fait en ne voulant pas pardonner, nous sera reproché: (2 Corinthiens 5 v10): » Car il nous faut tous comparaitre devant le tribunal du Christ, afin qu'il soit rendu à chacun d'après ce qu'il aura fait dans son corps, soit en bien, soit en mal ».

 

        En résumé:

 

        Nous pourrions dire que pour celui qui pardonne, toutes choses sont devenues anciennes, et tout devient nouveau par la Grâce de Dieu. (2 Corinthiens 5v17-18): »Si quelqu'un' est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici toutes choses sont devenues nouvelles. -v18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le service de la réconciliation ».Si nous voulons vraiment être enfants de Dieu et participer à sa gloire, il nous faut nous pardonner et nous réconcilier avec quiconque nous a fait du mal.


-------

8 - Écouter

Faire confiance



       Le matin, au réveil après une bonne nuit de sommeil, notre corps se réveille , nos yeux s'ouvrent avec peine, on s'étire, notre esprit sort de son assoupissement, de ses rêves et commence à cogiter sur la journée qui se présente devant nous.


       Certains  prennent immédiatement une douche afin de réveiller leur corps, d'autres une tasse de café ou de thé, d'autres un bon petit déjeuner pour bien commencer la journée, d'autres n'hésitent pas à faire un jogging à jeun, chacun à sa façon de débuter sa journée. Pour certains la journée ne peut commencer sans avoir en priorité allumer leur radio ou TV pour avoir les dernières informations, d'autres regarder ses courriels ou son facebook ou son tweeter, ainsi ils remplissent leur esprit d'informations plus ou moins agréables et leurs préoccupations commencent . Avant même de commencer la journée leur esprit est déjà chargé et rempli de différentes réflexions.


       Pourtant Dieu désire, que chaque matin, nous soyons à son écoute, car Il a fait de chacun d'entre-nous une âme vivante avec un souffle de vie qui doit être renouvelé chaque jour en sa présence. Le réveil de notre âme à son Saint-Esprit, est un miracle de renouvellement pour notre journée et nous fortifie durant la durée de celle-ci, et nous permet de vivre une vie qui Lui est agréable. « Chaque matin, il me réveille, il me réapprend à l'écouter, comme doivent écouter les disciples. »(Esaïe 50 v 4).


       Elie était un grand prophète en son temps, un homme de Dieu reconnu comme tel. Dans le livre des rois, nous le voyons sur une montagne attendant que Dieu manifeste sa présence. Il entend beaucoup de bruit, un vent violent,un tremblement de terre, un feu, mais Dieu n'est pas dans tout cela. Au cours de notre journée, bien de choses peuvent se passées, biens de préoccupations peuvent occuper notre esprit, des événements peuvent contrecarrer nos projets et nous déstabiliser, mais Dieu n'est pas dans tout cela, Il est comme un murmure doux et léger qui vient au creux de notre oreille et qui nous souffle (1 Rois 19 v 11 à 13) . Lorsque Dieu a parlé avec Elie, celui-ci l'a écouté et lui a fait une totale confiance, si nous lui ouvrons notre cœur en des circonstances difficiles, il partage notre peine et notre désespoir, et nous recevons de lui des paroles d'espoir et d'encouragement pour l'avenir de cette journée ainsi que pour d'autres. Pour cela sachons faire silence et écoutons-le nous parler. Le roi Ezéchias devint roi d'Israël à l'âge de 25 ans, Il mit sa confiance en l'Eternel, aucun autres rois en Israël ne l'égala: "Ezéchias mit sa confiance en l'Eternel, le Dieu d'Israël. Parmi tous les rois de Juda qui lui succédèrent ou qui l'avait précédé, aucun ne l'égala." (2 Rois 18 v 5)





-------

9 - L'unité dans la foi.


 « Comme ils ne savaient pas par où l'introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et le descendirent par une ouverture, avec son lit, au milieu de l'assemblée, devant Jésus » (Luc 5 v 19)

        Si nous voulons amener quelqu'un à Jésus, il nous faut prendre exemple sur ces hommes dont Luc nous relate l'histoire. Par ses miracles accomplis dans toutes les villes où il passait, sa renommée fût connue et des foules venaient l'écouter partout où Il se trouvait, des foules venant de la Galilée et des environs sont là pour l'entendre apporter la bonne nouvelle. Il est entouré de toutes sortes de personnes, aussi bien des pauvres désérités, que des docteurs de la loi et savants de l'époque.

Beaucoup de malheureux voudraient s'approcher de Lui pour recevoir la guérison dans leur corps, comme ils ont entendu dire « Qu'Il faisait des miracles, et rendait même la vue aux aveugles ». Mais la foule est si dense qu'il leur est impossible de s'en approcher, même en essayant de se frayer un chemin au travers de cette multitude de personnes assoiffées de recevoir une parole pour eux-mêmes.


       Pourtant, quelques hommes, un peu ingénieux et ne rebutant pas sur l'effort à faire, vont néanmoins parvenir à amener leur ami jusqu'aux pieds de Jésus. Pour cela, ils ont dû avoir la volonté d'agir, et d'agir ensemble, d'un commun accord. Ils ne se sont contentés d'écouter et de raconter les miracles que faisait Jésus, ou seulement de prier en son nom dans un coin ; ils ont agi et n'ont pas tardé, ni attendu qu'il soit trop tard « Car il dit : Au temps favorable je t'ai exaucé, au jour du salut je t'au secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut » (2 Corinthiens 6 v 2).


       Ils étaient déterminés, et les obstacles ne les ont pas arrêtés. Pour porter une civière avec une personne deçue, demande l'assistance de quatre hommes. Ils leur faut donc être unis dans cette marche difficile, se frayer un passage dans une rue remplie de monde pressé les uns sur les autres, essayer de passer sans l'aide de sirènes d'ambulance ou de police pour vous aider en ouvrant le chemin par où ils doivent passer, cela n'était certes pas évident.


       Ils l'ont fait, ils ont même porté la civière à bout de bras pour la passer par le toit pour arriver près de Jésus. Porter une civière seul était impossible, il a fallut qu'ils soient au moins quatre et qu'ils fournissent chacun le même effort pour parvenir à franchir tous les obstacles et à les surmonter.


       Cet engagement était d’œuvrer pour le même but, celui de faire parvenir auprès de Jésus leur ami souffrant et paralysé. Leur foi était agissante, tant par l'esprit que par l'acte.


       Dans le prière et l'intercession, il nous faut quelque fois  des partenaires partageant le même but et le même enthousiaste, le même engagement dans la foi, une foi commune qui mène à la bénédiction et qui est reconnue de Dieu « Voyant leur foi, Jésus dit : homme tes péchés te sont pardonnés » (Luc 5 v 20) puis Jésus va plus loinalors qu'Il est critiqué par les scribes, Il guérit le paralytique « Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Je te l'ordonne, prends ton lit, et va dans ta maison. (v25) Et, à l'instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s'en alla dans sa maison, glorifiant Dieu (Luc 5 v 24 & 25).


       La foi du paralytique n'était pas la seule à être exaucée, celle de ses amis qui l'accompagnaient, était une foi active dans la communion qu'ils avaient ensemble, sans eux la paralysé n'aurait pas obtenu la guérison, et cette foi commune est mise en évidence  par le Seigneur Jésus « Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 18 v 19). Par cette parole, Jésus confirme qu'il est important de se retrouver à quelques-uns pour prier ensemble, en réunion de prière, en cellule de maison, en famille, peu importe, le but est de prier ensemble pour le même objectif, pour le gloire de Dieu et l'avancement de son oeuvre ici-bas, pour son peuple (Israël) et son Eglise ( l'épouse de Jésus-Christ).


       Ce rapport apporté par l'apôtre Luc, nous montre bien, la force qu'il y a dans une unité de foi en action, et toutes les bénédictions qui en découlent, autant pour le paralysé que pour ses amis qui l'ont porté, sachant qu'ils n'ont pas fait des efforts en vain, et que ce témoignage a été une porte ouverte pour Jésus d'affirmer son autorité reçue du Père.

   

     -------

10 - Notre armure spirituelle.

       « Revêtez-vous de l'armure de Dieu afin de pouvoir tenir ferme contre toutes les ruses du Diable. (v12) Car nous n'avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Puissances, contre les Autorités, contre les Pouvoirs de ce monde des ténèbres, et contre les esprits du mal dans le monde céleste.(v13) c'est pourquoi, endossez l'armure que Dieu nous donne afin de pouvoir résister au mauvais jour et tenir ferme jusqu'au bout après avoir fait tout ce qui était possible.(v14) Tenez donc ferme: ayez autour de la taille la vérité pour ceinture, et revêtez-vous de la cuirasse de justice (de la droiture en guise de cuirasse)(v15) Ayez pour chaussures à vos pieds le zèle que donne l'Evangile de paix (ayez pour chaussures à vos pieds la disponibilité à servir la Bonne Nouvelle de la paix) (v16) prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin (en toutes circonstances, saisissez-vous de la foi comme bouclier avec lequel vous pourrez éteindre toutes les flèches enflammées du Diable) (v17)Prenez le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu (prenez le salut pour casque et l'épée de l'Esprit, c'est-à-dire la Parole de Dieu) (Ephésiens 6 v.11 à 17)


       Lorsque l'apôtre Paul a écrit cette lettre aux Ephésiens, il se trouvait emprisonné dans une prison romaine et étroitement surveillé par des soldats, c'est ainsi qu'il a pu voir de près les différentes parties de l'équipement du soldat. L'armée romaine était la mieux équipée à cette époque, et l'apôtre Paul en tire l'image des armes de Dieu que le chrétien doit utiliser contre Satan. En tant qu'enfant de Dieu il nous faut endosser cette armure pour combattre et lutter dans ce monde contre les attaques des forces des ténèbres.


       Les armes que Dieu nous donne pour le combat dans la foi et par la foi, sont de 2 catégories différentes, il y a les armes défensives et les armes offensives.


LES ARMES DEFENSIVES:


       La ceinture de vérité:

       Le soldat romain avait un ceinturon d'une largeur de 15 à 20 centimètres autour  de la taille. Son rôle était important, car beaucoup de choses y étaient attachées, et sans ceinture l'armure ne tenait pas.


       Cette pièce maîtresse de l'équipement du chrétien, c'est la vérité: une connaissance toujours plus exacte et une réelle compréhension de la Parole de Dieu, et ses implications dans notre vie de tous les jours. Dieu veut nous donner des armes offensives contre les ruses de Satan. Un soldat ne prend pas ses armes après s'être jeté dans la bataille, mais avant quand il se prépare, et il sait qu'elles sont en bon état pour le combat. La ceinture de vérité doit être bien attachée, sinon nous perdons toutes nos armes. Pour cela nous devons nous laisser imprégner de la Parole de Dieu et la lire et la relire afin qu'elle soit en nous une source de vie  continuelle, et non la lire quand bon nous semble, ou seulement pour rechercher un passage quand nous en avons besoin.


       Si la ceinture se coupait, tous les habits du guerriers tombaient et d'autres pièces de l 'équipement aussi, il  devenait vulnérable, de telle sorte qu'il ne pouvait plus être en mesure de combattre. Si nous abandonnons la lecture de la Parole de Dieu ou si nous la délaissons pour un temps, nous devenons vulnérable comme le soldat et nous ne pouvons plus aller au combat, nous ne sommes plus des hommes de vérité. Notre ceinture de vérité doit être bien attachée et entretenue chaque jour.


     La cuirasse de justice:

       Dans la description de l'armure du soldat plus que vainqueur en Christ, l'apôtre Paul nous invite à revêtir la cuirasse de justice. Le mot « revêtir » a pour sens dans le grec de: s'enfoncer dans (des vêtements) Le matin nous n'attendons pas que les vêtements nous sautent dessus, il faut nous en revêtir, c'est à nous de nous enfoncer dedans, comme c'est à nous de décider si nous voulons revêtir la cuirasse de justice.


       Le soldat romain avait une cuirasse de bronze doublée de cuir épais, elle protégeait l'une des parties plus vitales du corps: le cœur. La parole de Dieu nous dit aussi: »Garde ton cœur plus que tout autre chose,car de lui viennent les sources de la vie » (Romains 4v23) Le cœur dans sa signification comprend toutes les dimensions de la personnalité humaine. La cuirasse protège le cœur nouveau que nous avons reçu par la foi en Jésus, elle nous protège des attaques de Satan, c'est la justice. Il s'agit de la justice de Jésus. Paul en parle dans sa deuxième lettre aux corinthiens « Celui qui n'a pas connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Corinthiens 5 v 21).



     Être juste, c'est demeurer dans la Parole de Dieu, c'est être irréprochable devant Dieu. La cuirasse du soldat lui couvrait pas seulement la poitrine mais aussi le dos, il était de la sorte sous protection contre les flèches à tout moment, de même, un homme juste devant Dieu est sous sa protection permanente même quand il dort, aucune flèche ne peut l'atteindre.


       En parlant de la cuirasse de justice l'apôtre Paul fait aussi allusion à Esaïe 59 v 17a, où Dieu intervient: » Il se revêt de la justice comme d'une cuirasse »


       Les soldats ne se battaient pas en solitaires, mais ensemble, se protégeant les uns les autres contre les attaques de l'ennemi. Il combattaient dos à dos et leur force était d'autant plus forte et plus efficace. De même nous devons trouver des compagnons pour le combat spirituel, nous battant ensemble d'un commun accord dans la prière. « Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle lui sera accordée par mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 18 v 19). N'oublions pas que notre ennemi est le même pour chacun de nous, c'est pourquoi nous devons nous protéger les uns les autres en priant les uns pour les autres.


       Si le sang de Christ est notre cuirasse, l'Amour les uns pour les autres est notre protection mutuelle contre Satan et ses anges déchus « Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres » (Jean 13 v 34)



      Les chaussures:

       Tout marcheur, comme tous les soldats, connaissent l'importance d'une bonne paire de chaussures pour faire de longs trajets. Les chaussures doivent donner une bonne assise et être une base sûre pour le maintien des pieds.


       Le chrétien a besoin, lui aussi d'une base sûre, s'il veut marcher et résister à Satan. Cette base, il ne peut la trouver que dans l'Évangile de paix, c'est le refuge offert par Dieu à ceux qui croient en Jésus-Christ. Le chapitre 4 de l'épître aux Hébreux parle de ce repos de Dieu où nous devons entrer. Dieu promet ce refuge à tout croyant en Jésus-Christ. Si nous n'avons pas pas d'assise assez solide pour résister aux ruses de l'ennemi, son coup direct nous fera perdre l'équilibre et nous serons au tapis.


       Avons-nous peur? Recourons à la promesse: »Sois sans crainte, car je suis avec toi; n'ouvre pas des yeux inquiets(ne promène pas de regards inquiets) car je suis ton Dieu; je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite victorieuse(de ma droite triomphante) (Esaïe 41 v 10).


       Les problèmes qui nous paraissent insolubles, les tracas qui nous pourrissent la vie, les collègues de travail qui nous font des remarques désobligeantes, tout cela doit nous faire regarder aux promesses que Dieu nous a faites: »Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoin à Dieu, par des prières et des supplications, avec actions de grâce. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute in intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Philippiens 4 v 6 & 7).


       La vie que nous menons, nous donne-t-elle suffisamment de zèle pour proclamer l'évangile et la parole de Dieu, ou sommes nous encore en somnolence.


       En nous levant le matin, nous devrions vérifier l'état de nos armes. Avons-nous la ceinture de vérité? La cuirasse de justice? Avons-nous mis nos bonnes chaussures? Commençons-nous à glisser vers une relation avec Dieu basée sur nos mérites? Collections-nous des médailles de bonne conduite, d'action charitable? Si Satan nous embarque dans cette aventure, nous sommes bon pour un coup fatal. Comptons sur les promesses de Dieu!


       Le bouclier de la foi:

       Le bouclier du soldat romain était très grand, il mesurait +/- 60cm de large te +/- 1,20m de haut, ce qui lui permettait de s'accroupir derrière. Ce bouclier servit à parer les coups de l'ennemi et couvrait le corps quand les archers ennemis lançaient leur volée de flèches.


       De même un chrétien sans foi, ne peut plaire à Dieu, il est considéré comme mort et vulnérable. La foi en la Parole de Dieu anéantit la puissance du malin, c'est la Parole de Dieu qui nous sanctifie des péchés. La foi est donc notre bouclier qui nous protège des flèches enflammées du malin, notre adversaire. Sans la foi en Dieu, il n'y a pas de protection. Si nous avons le bouclier de la foi pour nous protéger, cette foi simple qui peut déplacer des montagnes, cette assurance que  Jésus-Christ est plus que capable de nous secourir, alors nous avons toute la protection nécessaire.


       Le casque du salut:

       Le salut s'obtient par la foi en Jésus-Christ, en obéissant à sa Parole et en la mettant en pratique. »Le salut ne se trouve en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 v 12). «  Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres: revêtons la cuirasse de la foi et de l'amour, ainsi que le casque de l'espérance du salut. »(1 Thessaloniciens 5 v 8).


        Le football américain, est l'un des sports des plus brutaux qui est pratiqué, le sportif est revêtu d'un rembourrage sur ses épaules, les jambes et surtout d'un casque pour lui protèger la tête lorsque qu'il fonce de toute sa force contre son adversaire, enlevez lui son casque, et dans la même situation sa tête serait fracassée. Il en est de même pour nous chrétien, si nous ne possédons pas le casque du salut, nous serons exposés à toutes sortes de tentations , d'échecs dans notre vie ou de désespoir, car en abandonnant le casque du salut, nous abandonnons notre foi en Jésus-Christ et nous devenons vulnérable comme l'est un footballeur américain sans le sien devant son adversaire.


       « Ainsi, mes biens-aimés, comme vous avez toujours obéi, avec crainte et tremblement mettez votre salut en action, non seulement comme si j'étais présent, mais bien plus encore maintenant que je suis absent. »(Philippiens 2 v 12).



LES ARMES OFFENSIVES:


      L'épée de l'esprit:

       L'épée de l'Esprit est toujours suspendue à la ceinture, donc à portée de main immédiate: c'est l'emploi de la Parole de Dieu qui laisse au Saint Esprit la pleine liberté de s'exprimer. « Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus acérée qu'aucune épée à double tranchant; elle pénètre jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit, des jointures et des moelles; elle est juge des sentiments et pensées du cœur. » (Hébreux 4 v 12). La Parole de Dieu est la meilleure arme pour nous défendre ou attaquer le diable. Un personne qui ne met pas en pratique la Parole de Dieu, se voit met au combat avec une épée qui n'est pas affûtée, une épée qui a perdue son tranchant, qui ne sert plus à rien. Mais si nous faisons confiance au Saint-Esprit pour nous enseigner la Bible et pour nous aider à l'utiliser contre les tentations, nous ne serons jamais déséquilibrés. Lorsque Satan tente Jésus dans le désert (relire Luc 4) , ce dernier lui cite des passages des écritures pour exprimer comment Dieu juge chaque tentation. C'est la meilleure image de l'emploi de la bible pour lutter et résister contre l'adversaire. « résistez au diable, et il fuira loin de vous » (Jacques 4 v 7). La bible est notre arme de combat.


       La prière:

       « Faites en tout temps, par l'Esprit, toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance et priez pour tous les saints. »  (Ephésiens 6 v 18). L'épée de l'Esprit et la prière sont les armes offensives du chrétien. Quand nous avons mis Satan en fuite, nous prévenons la contre-attaque en employant ces armes. Dieu exauce nos prières parce que nous croyons en Lui, et non pas à cause des phrases profondes et longues que nous prononçons.


       « Mais quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz; ce que vous aurez à dire vous sera donné à l'heure même (v 20) car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. » (Matthieu 10 v 19&20). La prière et une arme efficace, elle peut même devenir une bombe pour ébranler l'ennemi de nos âmes.


       Si notre cuirasse n'est plus bien attachée, parce que nous comptons trop sur nos œuvres, rajustons-la! Vérifions que nos armes soient bien entretenues, que notre épée ne rouille pas, protégeons notre tête avec le casque du salut! Par sa Parole nous fortifions notre armure et nous rendons plus conforme à l'image de Jésus-Christ qui vit en nous.


       « Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles, mais elles sont puissantes devant Dieu, pour renverser des forteresses. (v5) Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance au Christ (6) Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance à vous sera complète. » (2 Corinthiens 10 v 4 à 6).


-------

11 - Le Saint-Esprit


       Le Saint-Esprit est une force, une puissance que l'on reçoit de Dieu. Cette puissance est essentielle pour vivre une vie chrétienne dans son entièreté. Les apôtres durent rester à Jérusalem pour être revêtus de la puissance du Saint-Esprit, c'était un ordre de Jésus-Christ d'y rester et d'y attendre ce qu'il appelait la puissance d'en haut promise par le Père Céleste, notre Père : «Et voici que j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; quand à vous, restez dans la ville (Jérusalem) jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut (du Saint-Esprit) » (Luc 24 v 49) 



Dans la vie chrétienne, il y a deux baptêmes :



       Jean Baptiste annonçait lui-même la signification du baptême d'eau :  « Moi, je vous baptise d'eau en vue de la repentance, mais celui qui vient après moi (Jésus-Christ) est plus puissant que moi et je ne suis pas digne de porter ses sandales. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu » (Matthieu 3 v 11)


      1- Le baptême d'eau : par immersion, lorsque l'on accepte Jésus-Christ comme notre rédempteur et Sauveur. Ce baptême est pour des personnes ayant la capacité de comprendre le sens de cette action et en pleine conscience de ce qu'ils font, le baptême d'enfants n'étant pas conforme à la signification qu'en donne la Bible. Le baptême d'eau étant un baptême de repentance, reconnaissant notre faiblesse humaine ainsi que toutes les fautes et les erreurs du passé loin de Dieu, et voulant commencer une vie nouvelle  avec Dieu. Par l'immersion dans les eaux du baptême nous acceptons Jésus-Christ comme notre Sauveur mort à la croix, nous acceptons son pardon et nous voulons commencer une nouvelle vie à ses côtés, sachant que tout à été pardonné et justifié par ses souffrances à la croix, Jésus-Christ a expillé nos fautes et nous a rendu pur pour un nouveau départ.


       2- Le baptême du Saint-Esprit : C'est une puissance que l'on demande à Dieu et qui nous est donné selon sa volonté : « Car Jean a baptise d'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptises du Saint-Esprit » (Actes 1 v 5). - « Si donc, mauvais comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, le Père Céleste donnera d'autant plus volontiers le Saint-Esprit à ceux qui le Lui demandent (Luc 11 v 13). Encore faut-il le désirer et le demander à Dieu!...


       Le baptême du Saint-Esprit est synonyme de dons du Saint-Esprit  « C'est ce Jésus-Christ que Dieu a ressuscité ; nous en sommes tous témoins. (v33) Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l'a répandu, comme vous le voyez et l'entendez » (Actes 2 v32 & 33), c'est une promesse de Dieu : « Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (Actes 2 v39), le Saint-Esprit nous remplit de sa puissance :  « Ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que le Saint-Esprit leur donnait de s'exprimer » (Actes 2 v 4).


      Le baptême du Saint-Esprit peut être reçu par l'imposition des mains : « Paul reçut le Saint-Esprit par l'imposition des mains d'Ananias » (Actes 9 v17) –« Pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l'Asie, arriva à Éphèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit : (v2) Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit. (v3) Il dit : De quel baptême avez-vous donc été baptisés ? Et ils répondirent : Du baptême de Jean (v4) Alors Paul dit : Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait auprès de lui, c'est-à-dire, en Jésus-Christ. (v5) Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus-Christ. (v6) Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient» (Actes 19 v 1 à 6).- Mais le Saint-Esprit peut descendre sur nous, seulement en entendant la Parole de Dieu annoncée « Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole (v45) Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens. (v46) Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. Alors Pierre dit : (v47) Peut-on refuser l'eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ?(Actes 10 v 44 à 47)- Nous voyons ici que par la simple prédication de la parole de Dieu, le Saint-Esprit peut descendre sur les personnes qui sont à l'écoute et qui acceptent de tout leur cœur l'amour de Jésus-Christ, ils ont reçu le Saint-Esprit avant même d'être baptisés d'eau et sans imposition des mains. Dieu fait son œuvre dans les cœurs et agit par le Saint-Esprit où il veut et quand il le veut, et de la façon dont il le désire.


       La puissance du Saint-Esprit agit en nous :  «Afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur, (v17), en sorte que Jésus-Christ habite dans vos cœurs par la foi ; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, (v18) vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, (v19) et connaître l'amour de Jésus-Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu  » (Éphésiens 3 v 16 à 19)

       Le Saint-Esprit porte du fruit, et cela est évident et cela se voit  par les fruits qu'il porte en nous: « Le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté» (Galates 5 v 22)


       La manifestation du Saint-Esprit par les dons est disponible pour chacun d'entre-nous et donnée selon le plan et les projets de Dieu : «En effet, à l'un est donné par l'Esprit une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; (v9) à un autre, la foi, par le même Esprit ; à un autre le don des guérisons, par le même Esprit ; (v10) à un autre, le don d'opérer des miracles ; à un autre, la prophétie ; à un autre, le discernement des esprits ; à un autre, la diversité des langues ; à un autre, l'interprétation des langues. (v11) Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut (v12) Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Jésus-Christ » (1 Corinthiens 12 v 8 à 12) –et en (1 Corinthiens 14 v 1)« Aspirez aux dons les meilleurs »


       Toutefois, le baptême du Saint-Esprit n'a rien à voir avec le salut reçu par la grâce de Dieu, le salut nous est acquit lorsque nous acceptons Jésus-Christ comme notre Sauveur. 



C'est pourquoi comme nous le dit le Saint-Esprit « C'est pourquoi, selon ce que dit le Saint-Esprit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, (v8) n'endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation dans le désert » (Hébreux 3 v 7 & 8)