Etudes et réflexions

"""L"L"L"La

 

Le Grand Livre

"La Bible"

 

 




  Voici, dans la barre inférieure, quelques études bibliques et réflexions qui vous aideront à mieux comprendre la Bible et ce qu'elle a à nous dire, étant donnée qu'elle est la Parole de Dieu.

Thèmes: 1 - Il vient: 2 - La brièveté de la vie: 3 - La discrimination: 4 - Les préjugés: 5 - L'obéissance en paroles: 6 - Grandir dans sa Grâce: 7 - La vie chrétienne: 8 - Notre vie chrétienne: 9 - Le connaître: 10 - L'éducation: 11 - Le repos: 12 - L'impossible: 13 - Notre nom:

1 - Il vient bientôt!

Voici, je viens bientôt !


 

« Tenez-vous prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas » (Matthieu 24 v 44).

 

      Beaucoup de gens ont prédit la fin du monde, et encore actuellement, certains l'avaient annoncée pour l'année 2012. Leur fondement était erroné, car ils avaient oublié que : «Pour ce qui est du jour  et de l'heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul . » (Matthieu 24 v 36). Nous ne spéculerons pas sur une date, ni sur une année, mais la bible nous avertit que certaines choses arriveront et que d'autres se passeront avant l’avènement de Jésus-Christ et de l'enlèvement de l'église.

 

      Prenons l'évangile de Luc au chapitre 21 et au verset 24 « Ils tomberont sous le tranchant de l'épée, ils seront emmenés captifs parmi les nations et Jérusalem sera foulée au pieds par les nations jusqu'à ce que les temps des nations (païennes) soit accomplis ».

      Depuis bien des siècles, Israël a été banni des nations et persécuté et chassé de son pays, mais il a retrouvé sa place en tant qu'état en 1948, Jérusalem est redevenue sa capitale en 1967, les temps des nations sont donc accomplis, et nous sommes à l'étape suivante.

 

      Prenons le verset 25 de ce même chapitre de Luc  « Il y aura des signes dans le ciel, dans la lune et dans les étoiles, et sur la terre, une angoisse des nations qui ne sauront que faire au bruit de la mer et des flots ; (v26)les hommes rendront l'âme de terreur dans l'attente de ce qui surviendra sur la terre, car les puissances des cieux seront ébranlées, » _- Timothée 3 v 1 : « Dans les derniers jours surgiront des temps de difficultés »,

 

      Nous avons, ces dernières années, vu des signes qui attirent de plus en plus notre attention :

 

       -2004, Tsunami en Asie du sud et en Thaïlande, 280 000 morts


       -20 Mars 2010, une plate-forme pétrolière de la firme BP explose ; une grande pollution de la faune aquatique et des rivages en sont les conséquences,


       -22 Mars 2010, le volcan Islandais Eygafgüll entre en éruption et dégage un nuage de cendre qui pollue les airs et empêche les avions de voler sur l'Europe (conséquences économiques)


       -Février 2011, tsunami et tremblement de terre au Japon, 4 centrales nucléaires touchées, d'où une pollution nucléaire de l'environnement et des conséquences économiques pour le pays.


       -Mai 2011, grande inondation dans les états du Mississippi , beaucoup de morts et de disparus, la région est dévastée,


       -Fin Juin 2011, 2ème grande inondation dans l'état du Mississippi, les gens sont désespérés et ne savent plus où aller, l'économie est anéantie


       -Juillet 2011, on reparle d'une rupture d'une canalisation de pétrole de la firme Shell au Niger, qui depuis des années pollue l'environnement

 

       -2010, la Grèce est en déficit bancaire


       -2011, l'Espagne et le Portugal sont aussi en déficit bancaire, en Juillet, l'Italie annonce aussi un déficit bancaire.


       -2015, l'Europe unie affiche ses faiblesses, autant dans son unité banquaire que sociale et politique.


      -2015/2016  divers attentats touchent la France, la Belgique et Allemagne, prouvant une entrée de plus en plus importante de l'influence des extrémistes dans le           système européen.


     -2018, des pluies  abondantes, des inondations et glissements de terrains,  des stunamis et tremblements de terre sont apparus bien plus important qu'auparavant.


       

     Le temps actuel, nous montre un monde boursier en effervescence, les cours de la bourse sont des plus instables et provoquent encore plus de difficultés financières pour les pays déjà en problèmes. Le monde craint un nouveau crash boursier.


  Des événements récents, nous montre une montée d'un terrorisme cruel et barbare, une persécution de plus en plus pressante sur les chrétiens dans les pays dits islamiques, une atteinte à la libre expression est bafouée. Nos gouvernements sont laxiste et impuissant devant tous ces événements, l'état dit de droit se retrouve remis en question. Le monde a peur et tremble, se réfugiant dans des caricatures et montrant le poing, mais il se trompe de direction, il lui faut regarder à Dieu et non aux hommes. Il nous faut prier et intercéder pour nos hommes d'état, afin qu'ils soient guider selon la volonté de Dieu.

 

      Tout cela, met bien en évidence les versets du chapitre de 2 Timothée 3 : « Sache que, dans les derniers jours, surgiront des temps difficiles (version Le Semeur : Sache bien que dans la période finale de l'histoire, les temps seront difficiles) (v 2) Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent (avides d'argent) orgueilleux (vantards) et prétentieux, blasphémateurs(ils parleront de Dieu d'une manière injurieuse) rebelles à leurs parents, ingrats, sacrilèges,( dépourvus de respects pour ce qui est sacré) (v3) insensibles, implacables (sans pitié) calomniateurs, sans frein (incapables de se maîtriser) cruels, ennemis des gens de bien, (v 4) traîtres, impulsifs, enflés d'orgueil (ils seront prêts à toutes trahisons), aimant le plaisir plus que Dieu;(v5) ils garderont la forme extérieure de piété, mais en renieront la puissance (certes ils seront attachés aux pratiques extérieures de la religion, mais, en réalité, ils ne voudront rien savoir de ce qui en fait la force) éloigne-toi de ces hommes-là, (v6) Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons et qui captivent certaines femmes chargées de péchés et agitées par des passions variées (v7) elles apprennent toujours sans pouvoir jamais arriver à la connaissance de la vérité.

 

           2 Timothée 4 v 3 à 5 nous met encore en garde : « Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la sainte doctrine, mais au gré de leurs propres désirs, avec la démangeaison d'écouter, ils se donneront maîtres sur maîtres (v4) ils détourneront leurs oreilles de la vérité pour se tourner vers des fables (des récits de pure invention) (v7) mais toi, sois sobre en tout, supporte les souffrances, fais l’œuvre d'un évangéliste,rempli bien ton service. »

 

      Dieu, au travers de sa Parole, nous avertit que ces choses doivent se passer avant l’avènement de son Fils Jésus-Christ. Si, Il nous avertit, c'est afin que nous prenions garde de ne pas nous laisser détourner par toutes sortes de fables et de fausses religions, mais que nous restions fermes dans sa Parole, sachant que cet avertissement, donné par Lui, est l'accomplissement certain des temps actuels et à venir. Il nous avertit, afin de nous tenir prêt et de ne pas rester oisif et sans but dans notre vie, notre ferme assurance étant en Lui et en sa Parole. Que nous puissions dire à notre tour, à la fin de notre vie ici-bas : « J'ai combattu jusqu'au bout le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi. » (2 Timothée 4 v 7).


Luc 21 v 29 nous apporte encore une autre référence sur ce temps : « Il ajouta cet exemple : prenez le figuier, ou n'importe quel autre arbre, (v30)Il vous suffit de voir que les bougeons commencent à pousser, et vous savez que l'été est proche, (v31) De même, quand vous verrez ces événements se produire, sachez que le royaume de Dieu est proche, (v32) Vraiment, je vous assure que cette génération-ci ne passera pas avant que tout ne commence à se réaliser, (v33) Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront jamais, (v 34) Prenez garde à vous-mêmes pour que vos esprits ne s'alourdissent pas à force de trop bien manger, de trop boire et de vous tracasser pour les choses de la vie, sinon ce grand jour vous surprendra tout à coup, (v 35) Car il s'abattra comme un filet sur tous les habitants de la terre, (v 36) Restez sur vos gardes et priez sans relâche que Dieu vous donne la force d'échapper à tout ce qui doit arriver et de vous présenter debout devant le Fils de l'homme.

 

      Nous vivons dans un temps qui est semblable à celui qui précédait le déluge du temps de Noé : « Dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche, et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous, il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme » ( Matthieu 24 v 38 & 39).

 

      Notre temps nous démontre bien, que notre monde cherche en priorité la réjouissance par tous les moyens. Chacun est de plus en plus concentré sur ses hobbys que sur sa vie de famille, il devient complètement désintéressé de ce qui se passe autour de lui, du moment où ça ne le touche pas. Le respect d'autrui et des biens d'autrui n'existe plus, la jeunesse part en décadence, et les gouvernements votent des lois qui de plus en plus font qu'il n'y a plus de direction donnée sur la base du respect du prochain, tout est basé sur l'égocentricité de l'être humain et ainsi tout devient permis sous le couvert des lois. La dépravation de l'être humain augmente chaque jour un peu plus et les gouvernements se sentent désarmés devant ce fléau. La cause en est l'abandon de la foi qui s'est refroidie et le rejet de Dieu. Mais le Seigneur est bon et compatissant, et son œuvre s'accomplira en son temps. « Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns le croient, mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance, » (2 Pierre 3 v 9)

 

      « D'autant que vous savez en quel temps nous sommes : c'est l'heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru (v12) La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons-nous des armes de la lumière. » (Romains 13 v 11 & 12). Ces versets font allusion à la parabole des 10 vierges en Matthieu 25 versets 1 à 13.

 

      Soyons ferme dans notre foi afin d'être tenus et reconnus par Dieu au jour de son avènement, et afin de ne point être déçu lorsqu'Il reviendra chercher ceux qui l'attendent avec la ferme assurance des choses à venir, sachant qu'ainsi nous aurons part aux noces de l'Agneau, de Jésus-Christ avec son Eglise.


-------


2 - La brièveté de la vie


       

           Chaque jour que nous vivons, nous approche de la porte de l'éternité, il nous est impossible de revenir en arrière. Si pour certains cette vision paraît sombre, pour d'autres qui croient en la présence de Dieu , en sa promesse et en sa puissance, ils peuvent dire comme l'apôtre Paul: " Car pour moi, Christ est ma vie et la mort m'est un gain " (Philippiens 1 v 21).


       La bible nous dit en Ecclésiaste 8 v 8: "l'homme n'est pas maître de son souffle pour le retenir et il n'a aucune autorité sur le jour de la mort; il n'y a point de rémission dans ce combat, et la méchanceté ne donne à ceux qui l'exercent aucune échappatoire. " Job, avec toutes les souffrances morales et physiques qu'il avait vécues, pouvait affirmer: "Mes jours s'en vont plus vite qu'un coureur -(v26) Ils filent comme des barques de jonc, pareils à l'aigle qui fonce sur sa proie" (Job 9 v 25 & 26) La parole de Dieu veut nous démontrer que l'intensité de la vie que nous menons, fait que nous ne voyons plus le temps passer, et qu'il faut prendre garde à ne pas oublier l'aboutissement final de cette vie terrestre.


       Lorsque nous parlons de la mort, cela fait froid dans le dos et crée de nombreuses et profondes réflexions. Rares sont ceux qui y échappent et cela donne à réfléchir sur la mort et sur la vie telle que nous la menons: "Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. -(v3) Que reste-t-il à l'homme de toute la peine qu'il se donne sous le soleil? -(v4) Une génération s'en va, une génération vient, et la terre subsiste toujours. » (Ecclésiaste 1 v 2 à 4). Il faut en convenir, c'est démoralisant, car la vanité est comme la vapeur ou la fumée, tout s'envole sans rien laisser en arrière.


       Nul ne sait le nombre de jours qu'il lui reste à passer sur cette terre. Certains se donnent la mort pour échapper à leurs responsabilités, mais le suicidaire usurpe la volonté de son Créateur, Lui qui tient dans ses mains nos destinées. Celui qui attente ainsi à sa vie, se croit et se met à l'égal de Dieu, ce qui est un péché. C'est bannir le Créateur et sa créature, car c'est Dieu qui nous a créé et non l'homme qui a créé Dieu. Même, si des appareillages très sophistiqués peuvent maintenir en vie des fonctions vitales lors d'un profond coma et irréversible, que devient la vie dans cet état? Dieu donne la vie et à le pouvoir de la reprendre, selon le plan qu'Il a pour chacun d'entre nous. Trop souvent l'homme veut se substituer à Dieu avec les technologies nouvelles, mais Dieu reste le maître de toutes choses.


       Dans le livre des rois, le roi Ezéchias fut avertit par le prophète Esaïe: "Donne des ordres à ta maison, car tu vas mourir " (2 Rois 20 v 2) – Mais le roi a prié Dieu de lui donner du temps supplémentaire qu'il n'a peut-être pas très bien employé.


Jacob, ayant vécu cent trente ans, trouva qu'à la fin de sa vie, ses jours avaient été trop peu nombreux. "Jacob répondit au pharaon: ma vie errante dure depuis 130 ans. Elle a été courte et mauvaise, et elle n'a pas atteint la durée de vie errante de mes ancêtres" (Genèse 47 v9)


       Nos journées passant, le temps qui nous reste ici-bas est de moins en moins long, aussi faisons comme le psalmiste: "Le temps passe vite et nous nous envolons. Enseigne-nous à bien compter nos jours afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse " (Psaume 90 v 12)


       Il faut admettre que la mort fait peur à beaucoup, car pour eux elle est une fin en soi, certes une fin pour cette vie terrestre, mais la porte ouverte vers la vie éternelle. Et si, il y a des souffrances dans la séparation d'avec un être cher, sachons que nous nous retrouverons ensemble pour l'éternité à la table des noces de l'agneau.


       Soyons encouragé par le Psaume 23, et vivons une vie d'espérance, sur ce chemin qui mène vers l'éternité de Dieu, et ne soyons pas dans le découragement de savoir que nos jours sont comptés, car tout à un commencement et une fin, mais la mort n'est pas une fin, mais celle-ci peut être remplie de paix et d'espérance, si nous nous réconcilions avec Dieu au travers de son fils Jésus-Christ.


       Pour nous qui croyons en ce message de la parole de Dieu, la mort n'est pas un adieu, mais un au revoir, une séparation provisoire comme lors d'un long voyage. Mais dans la séparation d'avec un être cher, la foi de le revoir dans l'éternité, n'exclut pas la tristesse provoquée par cette séparation. Jésus lui même n'a-t-il pas pleuré devant le tombeau de son ami Lazare, tout en connaissant l'issue heureuse de cette journée, Jèsus a pleinement partagé la peine des 2 sœurs de Lazare (revoir Jean 11).


       En quoi l'enterrement d'un chrétien peut-il être différent d'un autre? Par ceci: "Nous ne voulons pas, frères que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment (sont morts), afin que vous ne vous attristiez pas comme les autres qui n'ont pas d'espérance. (V14) En effet, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, nous croyons aussi que Dieu ramènera aussi par Jésus et avec lui, ceux qui se sont endormis".(1Tessaloniciens 4 v 13 & 14). L'espérance pour nous qui croyons en Dieu, est la vie éternelle auprès de Lui, la mort n'étant qu'un temps de repos en attendant la résurrection pour être auprès de Dieu pour l'éternité. Sachant que tout ne finit pas, mais tout commence avec la mort. Travaillons et luttons avec force pour notre salut, ce travail ne sera pas inutile, car nous recevrons de la main du Seigneur, la couronne de justice réservée à tous ceux et celles qui auront aimés son avènement.


       Réjouissons-nous de ce qu'il a préparé pour nous une place autour du trône de l'agneau où nous jetteront nos couronnes à ses pieds en disant: »Tu es digne, notre Seigneur et Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance » (Apocalypse 4 v 10).

       « Le méchant est reversé par son malheur, mais le juste trouve un refuge même en sa mort. » (Proverbe 14 v 32)

     

      La naissance d'un être humain est le commencement, une porte ouverte  sur une vie terrestre, le départ de ce monde est une porte ouverte vers l'éternité, elle s'ouvre sur deux voies, à nous durant ce temps ici-bas de préparer la direction, le chemin que nous emprunterons pour toujours et à jamais. Dieu nous donne la possibilité de choisir, mais ne ratons pas le rendez-vous qu'Il nous donne, et n'attendons pas le dernier instant, car il sera peut-être trop tard.


Pour être son enfant, il nous faut pour cela accepter Jésus dans notre vie, et le prendre comme notre Sauveur, afin de pouvoir accéder auprès du Père.  « Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi ; (v 7) Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père » (Jean 14 v 6 & 7). Dieu nous veut près de lui, mais le seul accès à sa sainteté ne peut se faire que par la porte qu'est Jésus :  «Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages » ( Jean 10 v 9). Lorsque nous avons fait la démarche d'accepter Jésus, nous sommes sur le seuil de la porte du palais de Dieu, il nous reste à nous y avancer en saisissant la main de Jésus, et ainsi nous pouvons progresser vers la majesté divine.


« Elle a du prix aux yeux de l'Eternel, la mort de ses fidèles » (Psaume 116 v 15)


-------


3 - La discrimination


  Au sein du peuple de Dieu!...

                                 

     « Tu ne commettras pas d'injustice dans tes jugements, tu n'avantageras pas le faible et tu ne favoriseras pas non plus le plus grand, mais tu jugeras ton prochain avec justice . » (Lévitique 19 v 15)

         

 

       Dans le dictionnaire, la signification de « discriminer »  est :distinguer – séparer – mettre à part – qui tend à distinguer un groupe humain des autres. Comme synonymes, nous trouvons : apartheid – ségrégation -distinction – racisme – xénophobie – ostracisme.

 

       Dans la bible nous trouvons quelques exemples qui nous montrent que nous, en tant qu'humain et croyant, nous ne sommes pas exempt de cette sorte d'habitude et de comportement. Déjà Dieu, en s'adressant à son peuple, demandait de la sainteté dans le comportement personnel, et Il avertissait son peuple de ne pas faire de distinction : « tu n'avantageras pas le faible et tu ne favoriseras pas non plus le plus grand » ( Lévitique 19 v 15). L'apôtre Paul avertit ses frères et sœurs à Rome : « Car auprès de Dieu, il n'y a pas de considération de personne » (Romains 2 v 11).

 

       Dieu ne porte pas le regard sur notre apparence, car nous sommes tous l'ouvrage de ses mains : « Dieu n'a pas égard à l'apparence des princes. Et ne distingue plus le riche du pauvre, parce que tous sont l'ouvrage de ses mains. »(Job 34 v 19) Ce que Dieu a fait il ne le renie jamais, il nous a façonné de ses mains, son œuvre est bonne, et il accomplit toujours ce qu'il dit envers chacun d'entre nous sans aucune distinction, c'est pour cela qu'il a envoyé son fils : « Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son fils unique, afin que QUICONQUE croit en lui et qu'il est la vie éternelle » (Jean 3 v 16) Dieu ne fait acception de personne, il ne considère aucun critère comme la richesse, la couleur de peau, la position sociale ou l'intelligence.

 

       Si donc, nous ne faisons acception de personne et aimons notre prochain, nous bénéficierons des promesses qui suivent :  « Alors vous serez fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.» (Matthieu 5 v 45). L'apôtre Pierre confirme la pensée de Dieu dans les actes des apôtres : « Alors Pierre ouvrit la bouche et dit : En vérité, je le comprends, pour Dieu il n'y a pas de considération de personnes (V35) mais en toute nation celui qui le craint et pratique la justice lui est agréable. » (Actes 10 v 34 & 35).

 

       Dieu ne fait donc aucune différence entre les races et les pays, il est riche en amour et en bonté pour tous ceux qui l'invoquent : « Il n'y a pas de différence, en effet, entre le Juif et le Grec, ils ont tous le même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent » (Romains 10 v 12). Nous voyons dans les actes des apôtres que le Saint-Esprit est déversé sur les juifs et les non juifs (Actes 15 v 6 à 12).

 

       Discriminer un peuple, une race ou un groupe de personnes, c'est les mépriser, les rejeter. « Beaucoup de gens flattent l'homme généreux, et tous sont les amis de celui qui fait des présents (v7) Tous les frères du pauvre le haïssent, combien plus ses amis s'éloignent-ils de lui » ( Proverbes 19 v 6 & 7) - «Le pauvre est haï, même de son compagnon, mais les amis du riche sont en grand nombre » (Proverbes 14 v 20) . Souvent la discrimination qui se fait envers une personne, a pour base, sa position sociale, sa richesse ou ses ressources financières, qui, de tous temps ont été le fondement de formation de classes sociales dans tous les pays : la classe noble et la classe pauvre. Souvent et encore dans notre temps dit « moderne », le mélange entre classes sociales est très mal vécu. Pourtant, ne sommes-nous pas tous enfants de Dieu, les gens qui nous entourent en ce monde, ne sont-ils pas « NOTRE PROCHAIN » « Celui qui méprise son prochain commet un péché, mais heureux celui qui a pitié des misérables » (Proverbes 14 v 21).

 

       L'apôtre Jacques nous met en garde contre tout favoritisme et toute distinction, car c'est aller à l'encontre de l'enseignement de Jésus-Christ, c'est le résultat de mauvaises pensées, de motivations égoïstes, c'est l'opposé de la définition biblique de l'amour : « Mes frères et sœurs que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ soit libre de tout favoritisme.... » relire (Jacques 2 v 1 à 9). La discrimination ou la mise à part de notre prochain, fait de nous chrétiens des « hypocrites », car nous ne sommes plus l'image que Dieu veut que nous soyons, mais nous représentons alors la tromperie créée par une vie non conforme à l'amour de Dieu, mais basée sur notre égocentrisme et sur nos opinions de chrétiens charnels : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, alors qu'en dedans ils sont pleins de rapine et d'intempérance. (v26) Pharisien aveugle ! Purifie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur devienne pur. (v 27) Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis qui paraissent beaux au-dehors, et qui au-dedans sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impureté (v 28) Vous de même, au-dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais au-dedans vous êtes remplis d'hypocrisie et d'iniquité. » (Matthieu 23 v 25 & 28) « Tout est pur pour ceux qui sont purs, mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées (v16) Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles et incapables d'aucune bonne œuvre » ( Tite 1 v 15 & 16). Il nous faut donc renier et rejeter toute hypocrisie telle quelle soit, et rester vigilant dans notre façon de penser et de parler, afin de ne discriminer personne.

 

       La bible nous parle de certaines dispositions qui peuvent créer une discrimination au sein de la famille.« Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste (v2) Honore ton père et ta mère, c'est le premier commandement avec une promesse (v3) afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur terre »(Ephésiens 6 v 1 à 3). Les enfants doivent obéissance à chacun de leurs parents, sans préférer l'un de l'autre, ils doivent les aimer et les honorer sans préjugés et les accepter tels qu'ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts. « Et vous pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. » (Éphésiens 6 v 4). En tant que parents, il nous faut être vigilant sur notre façon de conduire et d'élever nos enfants. Il ne faut pas que nous fassions de différence entre eux, différence basée, sur leur comportement qui est plus proche de l'un des deux parents, ou sur l'intelligence de l'un vis-à-vis de l'autre. Si l'un des parents préfère l'un de ses enfants par rapport aux autres, parce qu'il lui ressemble plus, soit physiquement, soit par son caractère ou son intelligence, alors il y aura problème ! Car cette situation gérera pour ses autres enfants une discrimination, qui les irritera et les mettra en conflit avec ce parent, et ainsi une tension se formera et des problèmes surviendront, et il sera alors difficile de retourner dans des conditions de vie de famille normale.

 

       Mais la situation, peut être tout autre, lorsqu'un enfant porte sa préférence vers l'un des deux parents, là aussi un conflit naîtra, et il y aura un mur qui se dressera à cause d'un ressentiment, et l'enfant n'acceptera pas l'autorité de ce parent délaissé par lui.

 

       Il en est de même pour les grands-parents qui ne doivent pas apporter plus d'amour, ou avoir une préférence à l'encontre de l'un de leurs petits-enfants, car une telle discrimination envers ses petits-enfants, peut entraîner, pour l'avenir, un déséquilibre pour leur vie familiale future.

 

       Accepter chacun tel qu'il est, c'est le respecter : « Soyez toujours les premiers à vous respecter les uns les autres » (Romains 12 v 10). Soyons sage dans nos paroles, afin qu'elles portent du fruit à la gloire de Dieu : « Les paroles des sages tranquillement écoutées valent mieux que les cris de celui qui domine les insensés (v18) La sagesse vaut mieux que les instruments de guerre, mais un seul pêcheur détruit beaucoup de bien » (Ecclésiaste 9 v 17 & 18). C'est pour cela, qu'il nous faut surveiller nos paroles et nos propos, afin de blesser personnes, mais plutôt les encourager. « Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui les entendent » (Éphésiens 4 v 29). « Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu'ils auront proférée (v37) car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné » (Matthieu 12 v 36 & 37). 

 

       Dieu nous met en garde de ne pas discriminer ou porter de jugement sur des frères et sœurs, sur une autre église ou une autre entité religieuse, car ainsi nous nous mettons à les juger et à les rejeter parce qu'ils ne font pas comme nous, ou se comportent pas de la même façon que nous, ou nous les jugeons sous d'autres prétextes. Faisons attention, car ainsi nous voyons la paille qui est chez eux, mais ne voyons pas la poutre qui est chez nous, portons ce domaine sous le regard de Dieu à la lumière de sa Parole, afin de ne pas favoriser des sectes et aussi pour ne pas discriminer l'une ou l'autre église, qu'elle soit de notre confession religieuse ou pas.En effet dans l’épître aux Romains, l'apôtre Paul remet bien toute chose à sa place en ce qui concerne le salut et la discrimination qui se faisait déjà à cette époque. « Il n'y a pas de différence, en effet, entre le Juif et le Grec ; ils ont tous le même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent » (Romains 10 v 12). En faisant allusion aux Grecs, l'apôtre Paul veut aussi parler à tous ceux qui invoquent Jésus-Christ comme leur Seigneur, sans faire de différence entre les races et les nations.

 

       Soyons donc vigilant sur notre comportement vis-à-vis de ceux qui nous entourent, ne portons pas trop vite un jugement et des paroles trop hâtives sur qui que se soit. « Je te conjure devant Dieu, devant le Christ-Jésus et devant les anges élus, d'observer ces règles sans préjugés et de ne rien faire par favoritisme » (1 Timothée 5 v 21).

 

       Il y a toujours une petite voix qui nous soufflera dans l'oreille, que c'est impossible de pouvoir aimer son prochain sans faire de différence. Pour cela demandons à Dieu de nous donner de la sagesse dans nos relations avec ceux qui nous entourent, de la sagesse dans nos paroles, nos pensées et nos actes. « Si quelqu'un manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu qui la lui donnera » (Voir Jacques 3 v 1 à 18).



-------


4 - "Les préjugés"

   

       Préjuger d'une situation, est une idée conçue avant que l'on ait rassemblé et étudié les renseignements appropriés à cette situation. C'est un jugement que l'on apporte sur des preuves inadéquates ou mêmes imaginaires, car le jugement n'est basé que sur un fait, quelquefois sorti de son contexte, ce qui nous donne une situation qui est loin d'être la réalité.

       

           L'enfant n'a pas de préjugé, c'est en grandissant qu'il entend, au travers des adultes, que certaines personnes de certaines races sont comme ceci ou comme cela, il entend associer des mots comme « femmes » et « sentimentales » , « hommes » égal « forts », mais ce ne sont que des images qui lui sont glissées dans son cerveau au cours des années de sa jeunesse, images qui ne sont fondées que sur des traditions ou des façons de vivre. Ces images lui déforment déjà sa façon de voir l'avenir et de le vivre, il en est tellement imprégné durant sa jeunesse que toute sa vie il devra les combattre pour adhérer à la vraie réalité des choses et même devoir changer son comportement par rapport à tout ce qui lui a été dit étant jeune et qui lui a créé des préjugés sur des personnes ou des façons de se comporter dans la vie de tous les jours.

 

          En général, les préjugés n'apparaissent pas isolément; les personnes opposées à un groupe, tendent à établir une discrimination à l'égard d'autres groupes minoritaires. La discrimination est anti-biblique, car tous les hommes sont faits à l'image de Dieu: (Genèse 1 v 26-27): »Puis Dieu dit: faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, pour qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux de ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre -v27 Dieu créa l'homme à son image: Il le créa à l'image de Dieu, homme et femme Il les créa. »

 

          L'intolérance devant les différences peut augmenter avec le niveau d'instruction, car bien des personnes ayant fait de hautes études, se disent supérieures aux autres et le font sentir par les agissements et leur mépris envers de moins instruits que eux. Mais le cas contraire existe aussi, des personnes moins aisées portent aussi, dans certains cas, du mépris envers celles plus aisées qu'elles rencontrent ou côtoient. Il nous faut être respectueux et sans préjugé les uns envers les autres: (Jacques 2 v 1-9): »Mes frères vous  qui vivez dans la foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ -v2 S'il entre dans votre assemblée un homme avec un anneau d'or et un habit resplendissant, et s'il entre aussi un pauvre avec un habit misérable, -v 3 si, pleins d'attention pour celui qui porte l'habit resplendissant, vous lui dites: Toi, assieds-toi ici à cette place d'honneur! Et si vous dites au pauvre: Toi, tiens-toi là debout! Ou bien: assieds-toi au dessous de mon marchepied ! -v4 ne faites-vous pas en vous-mêmes une distinction, et n'êtes-vous pas des juges aux pensées mauvaises? -v5 Ecoutez mes frères bien-aimés :Dieu n'a-t-il pas choisi les pauvres selon le monde, pour qu'ils soient riches en la foi et héritiers du royaume qu'il a promis à ceux qui l'aiment? -v6 Et vous, vous avez déshonoré le pauvre! Les riches ne vous oppriment-ils pas et ne vous trainent-ils pas devant les tribunaux? -v7 Ne sont-ils pas ceux qui blasphèment le beau nom invoqué sur vous? -v8 Sans doute, si vous accomplissez la loi royale, selon l'écriture: Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. -v9 Mais si vous vous livrez à des considérations de personnes, vous commettez un péché, vous êtes convaincus de transgression par la loi. »

 

       Le verset 4 de ce texte met bien l'accent sur le fait , que faire une distinction entre les uns et les autres nous mènent à juger et à porter un préjugé sur ces personnes. Il nous faut donc être très attentif à notre comportement envers notre prochain, quel qu'il soit, et de ne pas mettre en évidence l'un plus que l'autre, selon des titres ou des méritent que nous lui accordons. Il est absolument impossible de marcher en vrai serviteur ou servante de Jésus-Christ et d'éprouver en même temps le moindre préjugé contre qui que ce soit.

 

       Parce que nous sommes des êtres à préjugés, nous acceptons souvent sans les juger les opinions de ceux avec qui nous avons grandi, nous donnons crédit aux assertions dont les médias nous bombardent chaque jour et nous suivons plus ou moins aveuglément les déclarations de chacun, que se soient des hommes d'état, des vedettes de sport ou de shows, même des hommes religieux à l'esprit étroit, alors que nous devrions examiner ce qu'ils disent, et nous poser la question si cette opinion ou cette déclaration est juste, et pour ce qui est du chrétien, si cela est conforme à la Parole de Dieu.

 

       A cause de nos préjugés, nous méprisons souvent d'excellentes personnes, nos préjugés sont parfois si profonds que nous sommes devenus incapables de les reconnaître et de les isoler. Celui qui nous met au défi d'analyser nos opinions semble menacer à la fois notre intégrité et à notre intelligence. Mais Dieu ne reste pas indifférent à nos préjugés.

 

       Paul affronta Pierre à cause de ses préjugés radicaux. Pierre avant l'arrivée des juifs de l'entourage de Jacques avait pris l'habitude de manger avec les non-juifs, mais après leur arrivée, il prit ses distances et cessa de manger avec ceux-ci par peur des partisans de la circoncision voir (Galates 2 v 12). Les nombreuses qualités de Pierre n'étaient pas remises en question, mais son attitude pouvait porter à confusion et risquait de blesser profondément les autres croyants.

 

         Si nous voulons porter bien haut le nom de Jésus-Christ et l'honorer, il nous faut arrêter de porter des jugements ou des préjugés sur les autres et ceux qui nous entourent, que ce soit dans l'église ou hors de l'église.

 

         N'oublions pas que préjuger quelqu'un, est égal à le juger, or il n'y a qu'un seul qui peut juger, c'est Dieu seul, car c'est le seul juge entre les hommes, Lui connait tous les tenants et les aboutissants de toutes les situations, et Il est seul capable de discerner et de juger en toute sérénité. (Jean 8 v 15 & 16): »Vous vous jugez selon la chair; moi, je ne juge personne. v 16 Et si moi, je juge, mon jugement est conforme à la vérité, car je ne suis pas seul, mais avec moi il y a le Père qui m'a envoyé. »


 

          Préjuger de quelqu'un ou d'une situation peut amener à la calomnie et à la médisance, avec nos paroles nous pouvons mettre quelqu'un sous un autre éclairage et le faire paraître pour ce qu'il n'est pas. En tant qu'enfant et serviteur de Dieu, nous devons prêter une grande attention à nos paroles, afin de Le glorifier dans nos vies: (Psaumes 15 v 1 à 4): "Éternel ! Qui séjournera dans ta tente? qui demeurera sur ta montagne sainte? v2Celui qui marche dans l'intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur. v3 Il ne calomnie pas de sa langue, il ne fait pas le mal à son prochain et ne jette pas le déshonneur sur ses proches. V4 Il repousse celui qui est méprisable à ses yeux, mais il honore ceux qui craignent l'Éternel; il ne se rétracte pas, s'il fait un serment à son préjudice."


        Comme nous sommes des êtres qui préjugeont facilement, nous acceptons souvent sans les juger les opinions de ceux avec qui nous avons grandis, nous donnons crédit à toutes les informations données par les médias et nous les acceptons aveuglément, il en est de même pour des déclarations de certains chefs religieux à l'esprit étroit ou en quête de publicité , ou à la recherche d'un auditoire plus grand et d'un certain succés. Mais alors où est notre comportement de chétien ? Avons-nous délaissé une personne ou un groupe à cause de sa position sociale, de sa croyance religieuse. Nos prégujés peuvent parfois être si profondément ancrés en nous, que nous sommes dans l 'incapacité de les reconnaître et de les isoler dans notre façon de penser et d'agir. Si quelqu'un  n'accepte pas notre façon de voir ou de penser, nous le rejetons car il semble menacer notre intégrité et notre intelligence. Dieu ne reste pas indifférent à nos préjugés et à notre façon de faire et de réagir face aux autres et à ceux qui nous entourent : « Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistait en face, parce qu'il était répréhensible. (v 12) En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens ; et, quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart, par crainte des circoncis. (v 13) Avec lui les autres juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entrainé par leur hypocrisie » ( Galates 2 v 11 à 13) L'apôtre Paul qui affronta Pierre (Céphas) pour cette prise de position face aux juifs circoncis, ne met pas en avant les qualités de Pierre pour justifier son attitude et son action,, mais par sa façon de faire il risquait de blesser profondément les autres croyants et par là même déshonorer Dieu,  «  Lui qui avait donné son Fils (Jésus) afin que quiconque croit en Lui, ne périsse pas , mais qu'il est la vie éternelle » (Jean 3 v 16). Avant de pouvoir réprimander quelqu'un quant à ses préjugés, nous devons impitoyablement apprendre à affronter les nôtres.


 

          Nous sommes ses serviteurs et ses servantes, et nous devons en toutes circonstances Lui faire confiance et Lui apporter notre foi en son jugement. L'amour qu'Il nous donne, nous devons l'apporter aux autres, sans aucunes discriminations de race, de situation matérielle, intellectuelle, ou autres..., mais dans l'amour et la paix de Jésus-Christ. N'est-il pas dit en (1 Jean 2 v9): »Celui qui affirme vivre dans la lumière et qui a de la haine pour son frère se trouve encore dans l'obscurité » Alors vivons dans la lumière de Christ, sans jugement ni préjugé envers les autres, ainsi notre vie n'en sera que plus épanouie




.


-------


5 - "L'obéissance en paroles"


      Le langage peut être un feu dévorant !..

 

        (Jacques 3 v6 à 9): » Or la langue aussi est un feu, elle est le monde de l'injustice: la langue a sa place parmi nos membres, elle souille tout le corps et embrase tout le cours de l'existence, embrasée qu'elle est par la géhenne.(v7) Toutes les espèces de bêtes sauvages, d'oiseaux, de reptiles, d'animaux marins sont domptées par l'espèce humaine;(v8) mais la langue, aucun homme ne peut la dompter: c'est un mal que l'on ne peut maîtriser; elle set pleine d'un venin mortel. (v9) Par elle, nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes à l'image de Dieu. (v10) De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas mes frères qu'il en soit ainsi.»


       Avec notre langue , nous pouvons construire, mais aussi détruire, il nous faut apprendre à la dominer, à l'utiliser correctement. La Parole de Dieu nous fournit de multiples indications et exhortations sur son utilisation: « Écarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours » (Proverbe 4v24) en français plus courant: »Ne laisse pas ta bouche dire des mensonges, ni tes lèvres prononcer des paroles trompeuses » Tout ce qui est faux, tout ce qui tord la vérité, tout ce qui trompe, sont des mensonges.


        La Bible déclare, au sujet de notre langue: »...mais la langue, aucun homme ne peut la dompter; c'est un mal qu'on ne peut réprimer; elle est pleine d'un venin mortel. Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l'image de Dieu. De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu'il en soit ainsi » (Jacques3 v8 à 10).


      Un jour un homme riche invita de nombreuses personnes pour un grand repas chez lui. Il appela son chef cuisinier, et lui dit de préparer le meilleur menu qu'il connaissait. L'homme alla au marché et se procura des langues, rien que des langues. Il les prépara comme entrée, ainsi que pour le premier plat et le deuxième plat. Les invités apprécièrent les différentes compositions du repas ainsi que l'idée originale, mais ils en avaient assez de manger que de la langue, et cela irrita l'hôte, qui appela son chef cuisinier et lui dit : » Ne t'ai-je pas dit d'acheter ce qu'il y avait de meilleur? » L'autre de répondre: » Qu'y a-t-il de meilleur qu'une langue? Elle est le lien de la vie civile, la clé de toutes les connaissances, l'organe de l'expression de la vérité et du bon sens. Il faut remercier la langue quand des villes sont construites, quand des gens sont instruits et formés. » C'est bien vrai, lui répondit l'hôte, et il le chargea de servir pour le repas suivant ce qu'il y avait de plus mauvais. Le chef cuisinier se procura de nouveau des langues, et les prépara de diverses manières! Étant donné qu'il s'agissait des mêmes invités, ils perdirent vite l'appétit. L'hôte se sentit humilié, et très en colère, il fit venir son cuisinier pour des explications: » Qu'as-tu été penser là? » et sa réponse a été: « La langue est aussi la pire des choses sur terre, la mère de toutes les disputes et divisions, la base de tous les procès, de toutes les divergences d'opinion, l'instrument qui incite à la guerre et conduit à la destruction. Elle est l'organe qui répand l'erreur et la médisance. A cause d'elle, des villes sont détruites, des vies humaines sont anéanties et des individus sont portés à mal agir. »


        Une langue qui n'est pas sous l'autorité de l'Esprit Saint ruine tous les services spirituels: »Si quelqu'un croit être religieux, sans tenir sa langue en bride, mais en trompant son cœur, la religion de cet homme est vaine »(Jacques 1 v 26).


      Si nous ne dominons pas nos paroles, elles peuvent devenir meurtrières, car on peut ainsi blesser profondément un parent , un ami, ou qui que ce soit, par des mots blessants dits sans retenue. Tandis que des paroles remplies de douceur peuvent adoucir et réconforter celui qui les écoute." Les paroles des sages tranquillement écoutées valent mieux que les cris de celui qui domine les insensés (v 18) La sagesse vaut mieux que les instruments de guerre, mais un seul pêcheur détruit beaucoup de bien " (Ecclésiaste 9 v 17-18) Avec un seul mot dit au mauvais moment ou sous la colère, il est possible de détruire le bien fondé de toute une vie, ou mettre à néant le témoignage que nous nous sommes efforcé de porter pour l'oeuvre et l'amour de Jésus-Christ.


        Le Seigneur Jésus a dit un jour que tout individu devra rendre compte de toute parole vaine prononcée: » Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toutes paroles vaines, qu'ils auront proférées (v37)Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné. » (Matthieu 12 v 36-37).


        Le roi David également savait que des propos à la légère peuvent faire infiniment mal. D'où sa prière: » Eternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres!(v4) N'incline pas mon cœur au mal, à la pratique de méchantes actions avec les hommes qui commettent l'injustice; que je ne goûte pas à leurs banquets » (Psaume 141 v 3-4) en français plus courant: » Seigneur, monte la garde devant ma bouche , surveille la porte de mes lèvres. Empêche-moi de me laisser aller dire une mauvaise parole »


        Il y a 3 domaines dans lesquels nous devons veiller sur notre langue:


     - Le mensonge: « Tu t'éloigneras de la parole de mensonge » en français plus courant: »Tu t'abstiendras de toute parole fausse » (Exode 23 v7) L'apôtre Paul avertit aussi les éphésiens de tenir leur langue en bride: »C'est pourquoi rejetez le mensonge et que chacun de vous parle avec vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres » (Ephésiens 4 v 25)


  - La calomnie et la médisance: Avec nos paroles nous pouvons mettre quelqu'un sous un autre éclairage, lui causer de l'ombre et lui faire du tord: »Eternel! Qui séjournera dans ta tente? Qui demeurera sur ta montagne sainte? (v2) Celui qui marche dans l'intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur.(v3) Il ne calomnie pas de sa langue, il ne fait pas de mal à son prochain et ne jette pas le déshonneur sur ses proches. (v4) Il repousse celui qui est méprisable à ses yeux, mais il honore ceux qui craignent l'Eternel; il ne se rétracte pas, s'il fait un serment à son préjudice.(Psaume 15 v 1 à 4)


     - L'exagération ou l'atténuation: Comme nous exagérons facilement quand il s'agit de nos bonnes actions! Par contre, lorsqu'il est question du même fait par un autre, nous sommes portés à en dire plutôt moins que plus. D'où cette prière du psalmiste: » Eternel, veille sur ma bouche, garde la porte de mes lèvres (v4) N'incline pas mon cœur au mal, à la pratique des méchantes actions avec les hommes qui commettent l'injustice; que je ne goûte pas à leurs banquets » (Psaume 141 v3 & 4).


        Un petit garçon dit un jour à son papa: »Papa, j'ai vu un chien aussi grand qu'un éléphant! » Le père réagit aussitôt par ces mots: »Garnement! Je t'ai déjà dit mille fois de ne pas toujours exagérer démesurément! » Lequel des 2 a-t-il le plus exagéré?


        Dans les 2 cas, l'exagération ou le contraire, doivent toujours être tenus en bride, nous devons être sage en parole et ne pas déformer ce que nous voyons ou entendons. On devrait toujours nous tenir à cet adage: « Que ta langue soit comme le fléau de la balance ( l'aiguille de la balance), là où elle est en équilibre, c'est fort bien ainsi »


       Soyons les maîtres de nos paroles, ainsi nous aurons un témoignage vrai de l'amour et de la parole de Dieu, car qui pourrait se convertir par notre témoignage, si autour de nous, nous répandons des choses et des paroles qui ne sont pas la réalité. Faisons attention à nos démarches par la parole, car elles peuvent être un piège à notre avancement dans l'œuvre du Seigneur, et devenir une pierre d'achoppement sur le chemin que Dieu nous trace. Il y a quelquefois plus à apprendre en écoutant quand parlant, la connaissance de la Parole ce fait à l'écoute de Dieu.


-------


 

6 - Grandir dans sa grâce


     

       (2 Corinthiens 10v12): »Nous n'osons pas nous égaler ou nous comparer à quelqu'un de ceux qui se recommandent eux-mêmes. Mais, en se mesurant à leur propre mesure et en se comparant à eux-mêmes, ils manquent d'intelligence »


      Bien trop souvent nous comparons les choses dans notre vie. Nous nous comparons à tel frère, à telle sœur, aux choses qu'ils possèdent ou à celles qu'ils ne possèdent pas. Ainsi en faisant de telles comparaisons, nous sommes bien souvent amenés à juger leur manière de vivre et leur comportement. Pourquoi? Simplement parce qu'ils ne vivent pas sur la base des mêmes critères que nous; critères que nous-mêmes nous nous sommes imposés. Ainsi, nous nous mettons à les juger. Pourtant la bible affirme que nous ne devrions pas nous comparer les uns les autres, car chacun d'entre nous est un être différent physiquement et mentalement, mais chacun est l'œuvre de Dieu.


      Voyez comme un grand champ de mêmes fleurs est monotone, car elles ont toutes la même couleur, mais cueillions-en quelques unes et mettons les avec d'autres d'une autre variété, elles formeront ainsi un bouquet rayonnant. Si Dieu nous a fait tous différents, c'est afin qu'il n'y ait point de monotonie dans nos vies , mais que celles-ci soient tout un bouquet à sa gloire, par nos différences de caractères, de façon de voir les choses et de les vivre.


      Se comparer aux autres est un péché qui débouche sur la critique continuelle, et engendre un esprit de compétition, le désir de contrôler et aussi la convoitise. Cette façon d'agir, prouve que nous ne sommes pas sûr de nous-mêmes et que nous n'avons pas compris la signification du mot « GRACE », qui consiste à permettre aux autres de s'épanouir, de devenir pleinement nous-mêmes et de nous débarrasser de l'esprit de légalisme que tous doivent se comporter comme nous.


      Paul répond à ce danger en ces mots: (Romains 14 v4-5): »Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d'autrui? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son maitre. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de le soutenir -(v5) Tel juge un jour supérieur à un autre; tel autre les juge tous égaux. Que chacun soit pleinement convaincu dans sa propre pensée » (Romains 14 v13) »Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; usez plutôt de votre jugement pour ne pas mettre devant votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute. »


      Vouloir contrôler les autres est un danger presque aussi grave que de se comparer aux autres. Ceux qui aiment exercer un certain contrôle sur les autres se parent d'un vernis de religiosité parce qu'ils s'imaginent tout connaitre.( Romains 12 v16-17): »Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N'aspirez pas à ce qui est élevé, mais soyez attirés par ce qui est humble. Ne soyez pas sages à vos propres yeux -(v17) Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. »  Leurs modes d'opération favoris sont la manipulation, les sous-entendus et les menaces déguisées. Ils font rarement preuve de grâce et de compasson envers les autres, car ils se sentent supérieurs et les meilleurs.


      Ne serions-nous pas plus détendus et heureux si nous évitions de vouloir contrôler ceux qui nous entourent et manipuler les événements de notre vie? Accorder à ceux que nous aimons la dignité de faire des erreurs, nous permettra d'en tirer pour nous-mêmes des leçons et par la même occasion de grandir en grâce.


      Si nous nous mêlons sans cesse de leurs affaires, nous allons au devant d'un épuisement moral, mais nous constituons aussi un obstacle à l'action de Dieu dans leur vie.


      En discutant sur les lois controversées des juifs sur la nourriture, Paul répond ceci:( Romains 14 v3): »Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas, ne juge pas celui qui mange, car Dieu lui a fait bon accueil. »


      Si nous nous sentons pas libre de faire quelque chose, cela ne nous donne pas le droit de condamner ceux qui osent le faire. Et si nous avons des opinions bien affirmées, ne forçons pas les autres à les adopter! Même les meilleures idées peuvent devenir pernicieuses si on en abuse. Ne faisons pas de nos idées une tyrannie pour les autres, parce que nous créons notre propre façon de vivre et d'agir sans tenir compte de la personnalité, ni du caractère de ceux qui nous entourent journellement. Demandons-nous si notre attitude engendre la paix autour de nous ou le contraire.


      Croitre en grâce veut dire grandir mutuellement dans la foi (Romains 14 v19): »Ainsi donc,recherchons ce qui contribue à la paix et à l'édification mutuelle » N'écrasons pas les autres de notre liberté ou de nos convictions quelquefois légères et sans profondeur.


      Paul a aussi écrit: (Romains 14 v5): »Tel juge un jour supérieur à un autre; tel autre les juge tous égaux. Que chacun soit pleinement convaincu dans sa propre pensée. » Il nous faudra faire preuve de beaucoup d'humilité pour aller de l'avant en nous appuyant sur Jésus le seul vrai consolateur.


      Trop souvent parce que nous marchons avec notre Seigneur, nous pensons que tout nous est dû, mais en fait nous ne méritons rien, tout nous est donné par grâce et selon le bon plaisir de Dieu. (Luc 17 v10): »Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire » La leçon a retirer de ce passage, est que Dieu ne nous doit rien. C'est nous qui sommes à son service et pas le contraire? Nous Lui sommes redevable pour tous les biens qu'Il nous accorde. Le serviteur dont il est question dans ce passage manque d'initiative et est remis à sa place par son maître.


      Certainement, nous sommes appelés à faire connaître à notre Père céleste nos besoins (pas nos caprices), mais la réponse Lui appartient – (Jean 14 v13-14): »Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils (v14) Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. » Si nous adressons à Dieu une demande, notre objectif premier, doit être que ce que nous demandons le glorifie, et non pour satisfaire nos propres exigences.


      S'Il veut nous combler, c'est sa Grâce! Seulement, nous inversons souvent les choses, nous voulons de la reconnaissance pour nous-mêmes alors que bien souvent nous n'en donnons pas à Dieu! Ou nous l'oublions! ( Luc 17 v 11-19): nous lisons que 10 lépreux ont été guéris, neuf ne viendront pas louer leur Seigneur, un seul est revenu! Tous pourtant avaient bénéficié de la même grâce! Ce que fait le Seigneur vaut tellement plus que ce que nous Lui offrons.


      Alors, si nous trouvons que nos actes méritent de la reconnaissance, sachant avant nous arrêter et prendre du temps pour Lui offrir toute notre reconnaissance, car bien plus que nous, Lui doit recevoir la nôtre! (Ephésiens 2 v 8-9): »C 'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c 'est le don de dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » - (Romains 5 v 2): »A Dieu, nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce »


      En résumé: relisons (2 Pierre 3 v 17-18): » Vous donc, bien-aimés, qui êtes prévenus, soyez sur vos gardes, de peur qu'entrainés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté (v18) mais croissez dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A Lui la gloire, maintenant et jusqu'au jour de l'éternité 


-------


7 - La vie chrétienne

en 3 points


S'édifier, consoler, exhorter.


        S'édifier (2 Timothée 3 V 16-17): »Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans le justice, (v17) afin que l'homme de Dieu soit adapté et préparé à toute œuvre bonne. » L'édification de chacun est faite par la Parole de Dieu, la bible, d'où l'important de nous en nourrir chaque jour. Il faut que nous nous laissons imprégner de cette parole, afin de mieux la dispenser aux autres. La méditer chaque jour, c'est comme un bon petit déjeuner qui nous fortifie le matin pour aborder une journée au mieux de notre condition.


        L'apôtre Paul insiste encore plus au chapitre suivant: (2 Timothée 4 v 1 et 2): »Je T'adjure, devant Dieu et le Christ-Jésus qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son avènement et de son royaume, (v2) prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends (ne juge pas) exhorte, avec toute patience et en instruisant » Lire la bible doit nous instruire, mais aussi nous aider à instruire ceux qui sont autour de nous et à qui nous rendons témoignage.


        Tout ce qui est écrit dans la bible nous a été donné afin de nous en instruire et de nous former pour son service (Romains 15 v 4): »Or, tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience et par la consolation que nous donne les écritures, nous possédions l'espérance » Cette édification doit nous aider dans notre formation pour le service, chacun ayant reçu de Dieu un talent, et il faut que nous l'utilisions pour la gloire de son nom.

        Edifier, consoler,exhorter, sont les manifestations de la communion fraternelle (Ephésiens 4 v 29): »Qu'il sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais s'il y a lieu quelque bonne parole qui serve à l'édification nécessaire et communique une grâce à ceux qui l'entendent » (Romains 14 v 19): »Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l'édification mutuelle. »


     

   Nous devons réaliser l'importance de la Parole de Dieu dans nos vies (Matthieu 4 V 4): » Jésus répondit: Il est écrit l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » La Parole de Dieu doit être une nourriture quotidienne, et nous devons avoir faim de celle-ci, ce n'est pas un dessert ou un gâteau que l'on mange que le dimanche, mais la nourriture de base de chaque chrétien.


        La vie ne s'écoule pas toujours comme un long fleuve tranquille, mais s'il y a des obstacles, en nous édifiant de la Parole de Dieu et en comptant sur lui, Il nous aide à les surmonter. Mais lorsqu'un frère ou une sœur se trouve devant des obstacles, nous devons l'aider par notre exhortation, par nos consolations et non pas critiquer et répandre de mauvaises paroles, et même éviter ceux qui répandent de mauvaises paroles: (Jacques 3 v 8 à 12): « Mais la langue, personne ne peut la faire obéir! C'est une chose mauvaise qui ne reste jamais tranquille, elle est pleine d'un poison qui donne la mort (v9) Avec la langue, nous chantons la louange de notre Seigneur et Père. Avec elle aussi, nous jetons des malédictions aux êtres humains que Dieu a faits à son image. (v10) Bénédictions et malédictions sortent de la même bouche! Mes frères et soeurs, cela ne va pas! (v11) Est-ce que de la même source fait couler de l'eau douce et de l'eau amère? (v12) Est-ce qu'un figuier peut donner des olives? Est-ce qu'une vigne peut donner des figues? De même, une source d'eau sallée ne peut donner de l'eau douce? La sagesse vient d'en haut.... » Mais notre adversaire est aussi vigilant, et il veut toujours contrecarrer le plan de Dieu, aussi emploie-t-il des armes qui lui sont personnelles:


        -contre la consolation, il emploie la négligence et l'indifférence envers les autres


        -contre l'exhortation, il emploie la dureté du cœur: (Hébreux 3 v 12): »Prenez donc garde, frères, que personne parmi vous n'ait un cœur méchant et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant »  mais aussi notre propre justice: (Luc 18 v 9):Il dit encore cette parabole pour certaines personnes qui se persuadaient d'être justes et qui méprisaient les autres »


        -contre l'édification, il emploie la somnolence de l'âme, le refroidissement du cœur, l'endormissement de notre foi, la lassitude de la lecture de la bible, en nous disant que nous connaissons déjà tout ce qui est écrit, alors qu'il y a toujours à apprendre de la parole de Dieu.


 Mais, la consolation avec l'esprit de Dieu donne l'espérance, elle nous permet de nous approcher de Christ, elle est positive, il y a toujours une continuité et une prolongation: (Psaume 71 v 21): »Accrois ma grandeur, console moi de nouveau » (Psaume 86 v 17): »Opère un signe en ma faveur! Que ceux qui me haïssent le voient et soient honteux! Car c'est Toi ; Eternel, qui me secours et me consoles » (2 Corinthiens 1 v 3): »Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père compatissant et le Dieu de toute consolation »


        La consolation est une source inépuisable, l'Eglise doit l'exercer envers des frères et des sœurs qui ont péchés (il faut pardonner et consoler) envers des frères et des sœurs qui sont dans la souffrance tant physique que spirituelle. C'est une harmonie pour le bien de l'église: (2 Corinthiens 13 v 11): »Au reste frères, soyez dans la joie, tendez à la perfection, consolez-vous, ayez une même pensée, vivez en paix, et le Dieu d'amour et de paix sera avec vous » La consolation peut devenir une source de joie : (Matthieu 5 v 4): »Heureux ce qui pleurent car ils seront consolés » relisez le sermon sur la montage qui est une source d'encouragement pour nous tous.


        L'édification est un rôle instructif, il faut grandir dans le Seigneur, elle se fait par le rôle des ministères : (Ephésiens 4 v 11 – 12); »c'est Lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, (v12) pour le perfectionnement des saints. Cela en vue de l'œuvre du service et de l'édification du corps de Christ »  L'édification nous évite de nous complaire en nous-mêmes: (Romains 14 v 2-3):Tel croit pouvoir manger de tout, tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes -(v3) que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas, ne juge pas celui qui mange, car Dieu lui a fait bon accueil » L'édification se fait dans la charité: (Colossiens 3 v 17): »Quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant grâces par lui à Dieu le Père »


        Exhorter, c'est encourager à rester ferme dans le Seigneur: (Actes 11 v 23): »Lorsqu'il fut arrivé et qu'il vit la grâce de Dieu, il s'en réjouit et les exhorta tous à rester d'un cœur résolu attaché au Seigneur »  exhorter peut être un encouragement dans des moments de difficultés: (Actes 27 v 22): »Maintenant je vous exhorte à prendre courage, car aucun de vous ne perdra la vie, seul le navire sera perdu » l'exhortation apporte toujours un acte de celui qui exhorte: (2 Timothée 1 v 6): »C'est pourquoi, je t'exhorte à ranimer la flamme du don de Dieu que tu as reçu par l'imposition des mains » (Tite 1 v 6-7): »Exhorte de même les jeunes gens à être sensés à tous égards -(v7) en te montrant toi-même un modèle d'œuvres bonnes et en donnant un enseignement pur, digne » L'exhortation se manifeste par une sagesse dans sa façon d'exhorter, sans être trop lourd et trop pressent  dans notre manière de faire, trop insister peut apporter un effet contraire: (2 Timothée 4 v 2): »Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non , convaincs, reprends, exhorte, avec toute patience et en instruisant »

 

      L'exhortation, l'édification et la consolation, nous conduisent à une plus grande sanctification de soi-même, c'est le contenu de la vocation de tout enfant de Dieu: (1 Thessaloniciens 2 v 10 à 12): »Vous êtes témoins, et Dieu aussi, que nous nous sommes comportés d'une manière sainte, juste et irréprochable envers vous qui croyez -(v11) vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu'un père est pour ses enfants -(v12) nous vous avons exhortés,consolés, adjurés de marcher d'une manière digne de Dieu qui vous appelle à son royaume et à sa gloire »


        L'exhortation, l'édification et la consolation, sont 3 fruits de l'Esprit, qui nous conduisent dans la communion avec la Seigneur et nous aident à marcher et à surmonter les difficultés de la vie que nous menons ici-bas.


------- 



8 - Notre vie chrétienne.


       Dans la bible, il y a plus de 365 promesses divines qui  nous sont données, pour notre réconfort, mais il nous faut considérer que ce n'est pas parce que nous croyons en Dieu et en ses promesses de bénédictions, que rien de négatif, ni aucunes épreuves ne pourront nous arriver. Car affirmer que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8 v 28) est bien une promesse véritable de bénédiction, mais il faut quelquefois que nous rencontrions des circonstances difficiles et des moments de faiblesse, pour réaliser que Dieu est présent à nos côtés et que sa main bénissante est sur nous en ces circonstances. Car, ces épreuves et ces circonstances peuvent nous amener à faire des expériences que nous n'aurions jamais faites, et ainsi nous fortifier dans notre foi. Cela peut servir à apprendre à voir les choses sous un autre œil et mieux comprendre les problèmes et les difficultés que d'autres peuvent aussi supporter. « Je vous ai dit tout cela pour que vous ayez la paix en restant unis à Moi ; vous aurez à souffrir dans le monde, mais courage ! J'ai vaincu le monde ! » (Jean 16 v 33).


       Les grandes bénédictions divines sont souvent précédées et accompagnées de difficultés à surmonter, avec Lui ! Dieu n'a jamais promis de nous éviter la souffrance, mais bien de rester à nos côtés quand nous rencontrerons ces moments pénibles « Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde » (Matthieu 28 v 20b). Voila pourquoi, quand cela arrive, il nous faut examiner la situation avec soin  « mais examinez tout et retenez ce qui est bon » (1 Thessaloniciens 5 v 21), de peur que nous nous laissions découragé et pensions être abandonné.


       De même, croire que Dieu nous fera justice et punira ceux qui nous ont fait du tord ou opprimés, serait une fausse vision des promesses que Dieu nous a faites par sa parole et le verset de (2 Corinthiens 5 v 10) :  « En effet, il nous faudra tous comparaître devant le tribunal de Christ afin que chacun reçoive le salaire de ce qu'il aura fait, bien ou mal, alors qu'il était dans son corps (alors qu'il vivait sur cette terre) », cette parole de l'apôtre Paul est seulement en rapport avec le jugement dernier et certes pas pour le temps présent sur cette terre à Dieu seul appartient le jugement et la rétribution.


       Il ne punit pas toujours ceux qui persécutent les siens, ou qui s'entêtent à toujours faire le mal, Il ne souhaite pas la destruction du méchant, mais sa repentance et son salut « Va vers les exilés, les membres de ton peuple ! Tu leur parleras et, qu'ils écoutent ou qu'ils n'écoutent pas, tu leur diras : Voici ce que dit le Seigneur, l'Eternel » ( Ezéchiel 3 v 11).


     Il fait preuve de patience envers tous, comme Il l'a fait pour nous, et même le plus dépravé, le plus cruel des pécheurs, bénéficient de ce temps de patience « Le seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme certains le pensent, au contraire, il fait preuve de patience envers nous, voulant qu'aucun ne périsse mais que tous reviennent à la repentance » ( 2 Pierre 3 v9).


       Le psalmiste nous montre clairement ce que devrait être notre attitude dans de telles circonstances «, contre l'homme qui réalise ses méchants projets ! Garde le silence devant l'Eternel et espère en Lui, ne t'irrite pas contre celui qui réussit dans ses entreprises (v8) Laisse la colère, abandonne la fureur, ne t'irrite pas : ce serait mal faire. » (Psaumes 37 v 7 & 8).

       Avoir à l'esprit, qu'une fois converti, nous grandirions dans la foi et la maturité spirituelle sans se heurter à des circonstances difficiles, serait une fausse interprétation de la Parole de Dieu, car il nous faut aguerrir de la sagesse et du discernement ; que nous ne pouvons obtenir qu'au travers de certaines circonstances de notre vie.


       Nous sommes sauvés ! Dieu ne revient pas sur ses promesses, mais devenir semblable à son fils Jésus-Christ est le travail de toute une vie (pas d'un seul instant), avec quelques moments et bénédictions privilégiés et aussi des temps moins agréables ( Hébreux 12 v 1 à 12).


       Croire que les bénédictions sont surtout d'ordre matériel et que parce que nous sommes chrétiens, nous devenons privilégiers dans notre vie, peut être dangereux et peut porter à confusion. Dieu est toujours souverain en toute chose. Voyez comment Dieu s'adressa à Baruc au travers du prophète Jérémie : «Voici ce que l'Eternel, le Dieu d'Israël, à ton sujet, Baruc (v3) « Tu dis : 'quel malheur ! L'Eternel ajoute le chagrin à ma souffrance. Je suis fatigué de gémir sans trouver de repos'. (v4) Tu lui annonceras :'Voici ce que dit l'Eternel : Je suis moi-même en train de détruire ce que j'ai construit, je suis moi-même en train d'arracher ce que j'ai planté, partout dans ce pays. (v5) Et toi, tu aurais de grands projets pour toi-même ? N'y pense plus, car je vais faire venir le malheur sur chacun, déclare l'Eternel. Cependant, où que tu ailles, je te donnerai ta vie comme part de butin' » (Jérémie 45 v 2 à 5) .


     Toute notre vie est entre les mains de Dieu, il a fait des projets pour chacun d'entre-nous, le seul fait, est de savoir si nous voulons les accomplir, ou, si nous ne voulons pas être son serviteur ou sa servante, ce choix nous appartient. Les bénédictions, qui en découlent, sont basées sur la direction que nous prendrons chaque jour devant sa face.


-------


9 - Le connaître


      Connaissez-vous Dieu ? Cette question peut -être posée à chacun d'entre-nous, en tant que croyants, chrétiens, il nous est nécessaire de bien comprendre qui est vraiment Dieu. A notre conversion, nous sommes comme des nouveaux-nés et nous n'avons qu'une compréhension superficielle de la nature de Dieu, de nourrisson spirituel ou devons passer au bébé, puis à l'enfant et enfin à l'adulte, et pour cela nous avons besoin de nourriture spirituelle car nous sommes des enfants en bas-âge :  « Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. (v2) Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent. » ( 1 Corinthiens 3 v 1 & 2) Dans la version Darby ce verset est exprimé ainsi : « Eh moi, frères, je n'ai pas pu vous parler comme à des hommes spirituels, mais comme à des hommes charnels, comme à des petits enfants en Christ (v2) Je vous ai donné du lait à boire, , non pas de la viande, car vous ne pouvez pas encore la supporter, et même maintenant encore vous ne le pouvez pas » Pour mieux connaître Dieu, il faut passer par l'étape de la croissance spirituelle et pour cela il faut se nourrir de la parole de Dieu qui est notre pain de vie.


      Dieu n'a pas l'intention de nous laisser demeurer au stade de nouveaux-nés, Il  veut que nous grandissions en Christ et que nous approfondissions notre connaissance  de Sa personnalité et que nous croissions dans son intimité. «Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide (v 13)  Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice, car il est un enfant (v14) Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui  est mal » (Hébreux 5 v 12 à 14)


       Mal connaître Sa nature risque de nous conduire dans l'erreur et la frustration, dans bien des église nous entendons des messages d'amour et de tolérance qui débouchent sur des compromis de toutes sortes, qui sont contraire à la parole de Dieu et décrit comme personnifiant l'amour, l'unité et la paix. Certes Dieu est amour "celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour"(1 Jean 4 v 8), mais cet amour-là est-il prêt à tout accepter, à tout permettre, à tout pardonner ? Dieu souhaite l'unité parmi son peuple (l'Eglise et Israël), parmi tous les siens " Afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé." (Jean 17 v 21). Cette unité doit être obtenue au prix de la vérité et de la connaissance de la Parole de Dieu, non pas au mépris des enseignements fondamentaux de Jésus-Christ. Dieu veut la paix entre nous :  « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée! »(Luc 2 v 14 ) et « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix » (Esaïe 9 v 6)..


-------


10 - L'éducation

La correction


       Dans le monde actuel, l'enfant est roi, tout lui est permis, les parents perdent d'année en année leur autorité et leur droit à l'éducation de leurs enfants. Cette situation est venue par le fait que l'on a mis la place de Dieu hors de la vie de couple, l'enfant est devenu un objet, pour certains, c' est une façon de montrer qu'ils savent procréer, pour d'autres l'enfant est un jouet que l'on met de côté lorsqu'il ne les intéresse plus, ainsi il doit se subvenir à lui-même et il grandit comme un arbre qui n'a pas de tuteur, et il est bousculé au rythme des vents et de toutes sortes d'images que lui présente le monde dans lequel nous sommes.


       Mais que nous dit la bible sur l'éducation de nos enfants : « Celui qui ménage son bâton déteste son fils ; celui qui l'aime n'hésite pas à le corriger ! » (Proverbe 13 v 24). Ce proverbe biblique détonne dans notre temps, le Conseil de l'Europe a rappelé à l'ordre la France pour sa législation trop peu contraignante sur les châtiments corporels infligés aux enfants. Nous voyons le plus en plus de délinquance, d'enfants rebelles à leurs parents, d'insoumission à l'autorité. Chacun s'en plaint, et nos gouvernements prônent l'assouplissement dans la façon de traiter nos enfants lorsqu'ils désobéissent.


       Si la bible n'est pas opposée à la fessée, elle ne permet pas pour autant la violence ou la maltraitance. Elle nous rappelle que le but de la correction est d'instruire et diriger l'enfant dans de bonnes voies, mais non de punir, ce doit être une réprimande. Aucune correction douloureuse infligée par réaction brutale ou sans instruction n'est juste et devient inefficace. Pourtant, il faut reconnaître, que certaines leçons ne s'apprennent que par la douleur d'une fessée.


      Le traumatisme, ne vient pas d'une fessée infligée à juste titre, mais par une punition inappropriée et sans aucune explication dans un moment d'énervement . La vision biblique de l'enfant n'est pas celle d'un enfant roi qui a tous les droits, et qui est considéré comme insignifiant et qui s'améliorera avec le temps , ni celle d'un ange. Un arbre jeune qui pousse sans tuteur, est vite attiré par la lumière la plus forte et se met à pousser de travers, il a besoin d'être dirigé et soutenu, sans quoi il prendra une courbe et ne poussera pas droit. L'enfant a besoin de limites pour se construire et se structurer, son égoïsme et son égocentrisme ont besoin d'être bridés, corrigés et dirigés ; sans quoi il deviendra un adulte immature, dans l'incapacité d'assumer ses responsabilités au sein de sa famille et de son entourage. La correction d'un enfant est une preuve d'amour envers lui, car vous désirez qu'il grandisse et qu'il mûrisse, ainsi plus tard il prendra les bonnes décisions pour sa vie et celle de son foyer.



-------

11 - Le repos


       Après une longue journée de travail et de contrainte, nous aspirons à un peu de repos  « du repos, du repos, du repos… Oui, bien sûr qu’on en a besoin, n’est-ce pas ? » Pour détendre notre corps et notre esprit de tous les tracas qui se sont accumulés durant notre activité hebdomadaire et qui ont usés nos forces. Pour certains après les activités gérées durant la journée, ils se dirigent vers des centres de fitness pour se vider l'esprit et se détendre, mais le corps s'épuise davantage.

Dans la bible, le repos fait partie des premiers commandements donnés par Dieu à son peuple : "Pense à observer le jour du sabbat et fais-en un jour consacré à l’Eternel." (Exode 20.8) Donnez à votre corps l’opportunité de se reposer. Dieu a créé le monde, puis s’est reposé. Il a ensuite enseigné les hommes à honorer le jour du Shabbat.  Le repos permet la récupération physique, émotionnelle, intellectuelle mais également spirituelle.


       Mais avant même d’être un commandement, le repos faisait partie de la Création, car après 6 jours à édifier la création Dieu se reposa… "Au septième jour, Dieu se reposa de toutes les œuvres qu’il avait créées... Il bénit le septième jour." (Voir Genèse 2.2-3)


       Le repos, qu'il soit physique ou moral fait partie intégrante du plan divin. De même qu’il y a des jours consacrés au travail, il y a un jour consacré à notre repos. Dans tous les pays du monde il y a un jour qui est mis à part pour se reposer et se remettre en forme pour reprendre ses activités. Il a été tenté de faire des semaines de 10 jours pour créer plus de production dans les industries, mais il s'est avéré qu'il y a eu un effet inverse, la production a chutée, car après le 6 ème jour les personnes produsiaient moins et cela s'agravait les jours suivants.


       Prenons-nous suffisamment de repos ? Ou sommes-nous trop investis dans des activités qui prennent tout notre temps ?  Dans la semaine, parvenons-nous à mettre du temps à part pour reposer notre corps et notre esprit ? Notre coeur est-il bien disposé à prendre du temps pour cela ?


       Prendre un temps pour faire taire nos inquiètudes et nos problèmes, et nous centrer sur l'essenciel, Dieu, qui de toute façon prendre soin de nous dans toutes circonstances. Consolider, renforcer notre relation avec Lui, nos proches et ceux qui nous entourent. Un temps mis à part pour le louer, le remercier, le gratifier de notre confiance en Lui dans toutes les circonstances et les décisions que nous affrontons chaque jour.


       Si Dieu a créé le repos, c'est pour notre bien, et que chaque semaine tout revienne à sa place. Dieu s'est reposé de son oeuvre accomplie, mais n'oublions pas que nous sommes son oeuvre et qu'Il désire qu'elle lui rende gloire car Il est le tout puissant. Que nos inquiètudes se taisent et prenons un temps qui reposera notre âme et notre esprit, rentrons en sa présence, consolidons notre relation et louons-le, donnons Lui toute notre confiance.


-------


12 - L'impossible


       Le positif est supérieur au négatif, Dieu est le tout puissant, le positif de notre vie en sa présence, rien ne lui est impossible. « Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. Car rien n'est impossible à Dieu » (Luc 1 v 36 & 37). Il y a un dicton français qui dit ''impossible n'est pas français'', un peu présomptueux, mais l'impossible n'est pas divin.


       Il est admis que la cause inférieure cède toujours à la cause supérieure, le plus est toujours mieux que le moins. Si rien n'est au-dessus de Dieu et de sa puissance, nous pouvons affirmer que rien ne lui est impossible. Nous voyons au travers de sa parole que rien ne lui est improbable, Élisabeth, appelée ''la stérile '' « Du temps d'Hérode, roi de Judée, il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie, de la classe, d'Abia ; sa femme était d'entre les filles d'Aaron et s'appelait Élisabeth (v6) Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d'une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur (v 7) Ils n'avaient point d'enfant, parce qu'elle était stérile ; ils étaient l'un et l'autre  avancés en âge » (Luc 1 v 5 à 7). Déjà âgée elle devient enceinte, « Alors un ange du Seigneur apparut à Zacharie, et se tint debout à droite de l'autel des parfums (v12) Zacharie fut troublé en le voyant, et la frayeur s'empara de lui. (v13) Mais l'ange lui dit : Ne crains point, Zacharie ; car ta prière a été exaucée, ta femme Élisabeth  t'enfantera un fils, et tu l'appelleras Jean » (Luc 1 v 12 à 13) Ce fut le cas de Sara la femme d'Abraham qui devint. Aussi enceinte malgré son âge très avancé, et selon le promesse que Dieu avait faite à Abraham. Marie, vierge et enceinte en rendant visite à sa tante Élisabeth la trouva enceinte du sixième mois « Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée ''stérile'' est dans son sixième mois (v 37) Car rien n'est impossible à Dieu » (Luc & v 36 & 37).


       Avec Dieu, l'irrationnel devient rationnel, nous le constatons lorsque Christ menace les vents et fait calmer la tempête, les éléments obéissent à sa parole « Il monta dans la barque, et ses disciples le suivirent (v24) et voici, il s'éleva sur la mer une si grande tempête que la barque était couverte par les flots. Et lui, il dormait. (v25) Les disciples s'étant approchés le réveillèrent, et dirent : Seigneur, sauve-nous, nous périssons ! (v26) Il leur dit : Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ? Alors il se leva, menaça les vents et la mer et il y eut un grand calme » (Matthieu 8 v 23 à 26).



     

  Aujourd'hui, il serait maladroit de prier : ''Puisses-tu, Seigneur, ou, si tu le veux Seigneur...'' Mais disons lui plutôt ''Veuille Seigneur'' car pour Lui le vouloir c'est le pourvoir de le faire, car rien ne lui est impossible.










        -------


13 - Notre nom



       Lorsqu’un enfant vient au monde, l’une des premières choses qu’il reçoit c’est son prénom. Ce dernier a souvent une signification et marque l’identité de l’enfant et prédéfinit son caractère futur. Par exemple, saviez-vous qu’en hébreu, le prénom Gabriel signifie "force de Dieu" ? Dès le ventre de la mère, Dieu connaît la destinée qu'il a prévue pour chacun d'entre-nous « Dès le sein maternel j'ai été sous ta garde, dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu » (Psaume 22 v 10) «Dès le ventre de ma mère je m'appuie sur toi; c'est toi qui m'a fait sortir du sein maternel, ; tu es sans cesse le sujet de mes louanges » (Psaume 71 v 6) .Il dirige les parents dans le choix du nom à donner à leur enfant, à l'exemple de Marie et Joseph (Matthieu 1 v 23), de Sara « Dieu dit : certainement Sara, ta femme, t'enfantera un fils ; et tu l'appelleras Isaac. J'établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui » (Genèse 17 v 19),et pour bien d'autres dans la bible il en fût ainsi.


        Dans les temps anciens on faisait attention à bien nommé le nom de l'enfant, car le nom avait à leurs yeux une grande importance, notre temps moderne a tendance à abréger les noms, c'est un peu comme si on en enlevait une partie de la bénédiction que Dieu à posée sur cette personne. Exemple : Daniel signifie '' Dieu a juger '' si l'on abrège le nom en ''Dan'' la signification change en ''Juge'' l'orientation du nom devient alors différente. Notre nom est notre identité, notre ADN, il ne peut être changé ou modifié, il nous appartient tel qu'il nous a été donné, Dieu nous appellera par notre nom, il sera écrit dans le livre de vie « Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé » (Apocalypse 13 v 8)   « Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge ; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau » (Apocalypse 21 v 27). Dans la bible , il nous est toujours parlé du nom, jamais du diminutif d'un nom, seul Dieu peut changer un nom, comme il l'a fait avec Abram qui devenu Abraham, ou Simon qui est devenu Pierre.


       Dieu voulu que nous sachions qu’il est réellement avec nous. À tel point qu’il en a fait l’identité de Jésus en lui donnant ce nom : Emmanuel, qui veut dire : "Dieu est avec nous". La Bible dit : "Voici, la jeune fille vierge deviendra mère. Elle donnera le jour à un fils que l’on appellera Emmanuel, ce qui veut dire “Dieu est avec nous”. (Matthieu 1.23)


       Qu’est-ce que cela nous inspire, de savoir que Dieu le Père a voulu que nous puissions nous rappeler, chaque fois que nous pensons à Jésus, à Emmanuel, qu’il est avec nous  à chaque instant et pour toujours?


       Jésus a aussi pour nom, dans la Bible, "Prince de la paix". "Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix" (Ésaïe 9.5) Le mot "prince", selon le dictionnaire, est un "nom qui marque la dignité de celui qui possède une souveraineté en titre". Jésus possède la souveraineté, et en lui donnant le titre de Prince, Dieu son Père lui confère toute la dignité attachée à ce titre.


       Mais le mot Prince désigne aussi le fils du roi. Dieu rappelle donc qu’il est le Roi souverain qui règne sur le monde. Jésus est le Prince de la paix, le seul capable de vous apporter une paix véritable.


       C’est en lui seul que nous pouvons trouver la vraie paix :Tout d’abord la paix avec Dieu. Jésus est le Prince de la paix parce que son sacrifice nous réconcilie avec Dieu. Mais aussi la paix dans notre cœur, telle que nous ne pourrons jamais la trouver ailleurs.


       Jésus a dit : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s'alarme point» (Jean 14.27).


       Ne soyons pas déçus par le nom qui nous a été donné, mais portons-le avec dignité pour la gloire de notre Dieu.